Pourquoi recommander des messes pour les défunts ?

dimanche 30 octobre 2016
par  Patrick BEGOS
popularité : 6%

Pour les croyants, les messes recommandées pour les défunts sont encore une priorité. C’est un acte de foi qui nous situe dans la communion des saints. Le père Loïc Le Quellec en explique le sens et la portée.

JPEG - 64.7 ko

 Quelles peuvent être les motivations d’un croyant pour recommander une messe ?

Il y a quelques décennies encore, on insistait sur le fait que les messes recommandées permettaient essentiellement de bénéficier de la bienveillance de Dieu vis-à-vis des défunts, en sortant les âmes du Purgatoire. Du coup, recommander une messe a pu prendre parfois dans l’histoire un aspect un peu mécanique. Ces dernières années, ces motivations ont changé et l’on redécouvre certainement l’importance de la prière pour les morts. En sollicitant la prière de toute l’Église pour le défunt, on réaffirme, en effet, les liens qui nous unissent à tous nos défunts dans la communion des saints. Ils ne tombent pas dans l’oubli mais nous redisons que nous continuons de former avec eux une famille dans la foi, l’espérance et l’amour. Une famille formée de tous les membres de l’Église que l’on nomme dans la prière eucharistique : pape, évêques, prêtres, diacres, baptisés, vivants, morts, saints …
En recommandant une messe, on pose aussi un acte de foi car on croit qu’on se reverra tous, un jour. Comment croyons-nous à la communion des saints, à la résurrection de la chair lorsque nous sommes confrontés à la réalité de la mort ? Le décès d’un proche nous invite à nous positionner par rapport à notre propre foi. Recommander une messe pour un défunt est certainement une manière d’affirmer sa foi. Cela dit, une messe n’est pas qu’une prière pour les défunts ! C’est avant tout une action de grâces, une reconnaissance de ce que Dieu a fait, fait et fera.

 Est-ce aussi un acte de partage et de solidarité ?

En effet, cela de façon très concrète : les messes recommandées célébrées par les prêtres représentent une partie non négligeable de leurs émoluments (environ le tiers). Elles permettent donc au clergé de vivre et d’assurer son ministère. C’est aussi le moment d’une solidarité dans la prière avec les défunts et avec leurs familles.

 Toutes les messes offertes sont-elles célébrées ?

Oui. Dès qu’elles sont offertes, elles sont inscrites dans un cahier avec une comptabilité précise. Les intentions paraissent dans le bulletin paroissial, chaque mois. Pour Plérin ou Pordic, quatre intentions sont, par exemple, prises en compte chaque dimanche. Pour sa part, le curé célèbre sa messe du dimanche pour l’ensemble de la paroisse, sans intention particulière. Deux intentions sont affectées aux deux autres prêtres de la paroisse. Les autres messes sont envoyées à l’Évêché et distribuées à d’autres prêtres. Pour chaque jour de la semaine, une intention est affectée à chaque prêtre de la paroisse.

 Dans certains avis d’obsèques, il est annoncé : « pas de messes … » Que faut-il en penser ?

Il s’agit souvent de familles qui sollicitent plutôt des dons pour la recherche ou une Œuvre précise. Lorsque les obsèques sont célébrées à l’église, la famille du défunt sollicite la prière de toute la communauté paroissiale prolongée d’ailleurs le dimanche. Je pense donc, de façon tout à fait personnelle, qu’il serait assez logique d’encourager à recommander des messes pour le défunt. Les messes recommandées dans les mois qui suivent le décès sont souvent l’occasion d’apaiser, dans la prière, les liens affectifs que l’on a eu avec la personne disparue. Ces messes offrent l’occasion de retrouver les gens qui l’ont connu. C’est une manière de traverser la période de deuil en étant entouré par des proches. Si la famille ne peut pas être présente à la célébration de la messe pour son défunt, c’est aussi pour elle une assurance qu’on ne l’oublie pas, qu’on pense à elle, à sa peine, à celui qui a disparu.
Dans le cas d’obsèques civiles, il est possible, pour les croyants, de recommander des messes pour ce défunt, ultérieurement.

 Peut-on recommander des messes pour d’autres intentions que les défunts ?

Bien entendu, toutes les intentions sont possibles. Dans la communion des saints, la solidarité de l’amour existe non seulement pour les défunts mais aussi pour les malades et les vivants. On peut demander une messe pour dire merci à Dieu en toutes circonstances, (naissances, mariages, guérisons, réussites …) ou tout simplement pour lui demander de nous aider et d’aider nos proches à passer un moment difficile : maladie ou épreuve de toute sorte… Une messe peut aussi être demandée pour honorer un saint. Cela signifie que l’on sollicite son intercession tout particulièrement auprès de Dieu.

La prière autour du défunt, avant les obsèques
« Par cette prière, on demande à Dieu d’accueillir cette personne parce qu’on croit que l’amour de Dieu est plus fort que la mort. On demande la force à l’Esprit Saint d’affronter cette séparation, de nous aider à ouvrir ce passage qui nous permette de passer de la souffrance à une vie plus apaisée. Chaque famille peut organiser une veillée de prière avec des chants, sachant que cela ne remplace pas la prière à l’église. A chaque fois que je le peux, je propose ce moment de prière au funérarium ou au domicile du défunt. C’est l’occasion de partager avec la famille des moments de la vie de la personne décédée. C’est un temps de communion qui permet de leur montrer que l’Église est présente auprès d’eux dans ce moment de deuil  ».

Pratique :

  • L’offrande pour une messe est de 17 euros.
  • Pour retenir une date précise de messe, s’adresser au presbytère, 2 à 3 mois à l’avance.

Commentaires

Pourquoi recommander des messes pour les défunts ?
mardi 20 octobre 2015 à 14h02 - par  Paul Pirard

« Les messes recommandées célébrées par les prêtres représentent une partie non négligeable de leurs émoluments (environ le tiers). »

C’est peut-être vrai pour la France. Mais, à l’intention des lecteurs belges, il faut dire que les prêtres belges sont rémunérés par l’État, que le casuel des messes est beaucoup moins élevé et représente donc une proportion bien moindre de leurs revenus.

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF