La Foi : un chantier permanent

lundi 21 octobre 2013
popularité : 2%

Le dimanche 24 novembre, en la fête du Christ-Roi de l’Univers, l’Église catholique
célèbre la clôture de l’Année de la Foi que le Pape Benoît XVI avait initiée à l’occasion des 50 ans du concile Vatican II.

Dans notre diocèse, chaque paroisse marquera aussi cet événement. Notre évêque émettra certainement un souhait dans ce sens. Mais le plus certain à ce jour, c’est la prière des Vêpres, ouverte à tous, qui sera organisée en la cathédrale de Saint-Brieuc, vers 18h00, après le concert de la Sainte Cécile.
Vous avez dit clôture de l’Année de la Foi ! Eh ! oui ! les jours passent vite ! Peut-être que nous nous posons la question de savoir comment nous avons vécu cette recommandation du pape - aujourd’hui émérite. Peut-être aurions-nous souhaité faire un petit bilan, un petit inventaire, une petite évaluation … regardant timidement le
thermomètre, mais lequel !
La clôture de l’Année de la Foi laisserait-elle croire que nous aurions acquis
une fois pour toutes la maîtrise de notre contact avec le Christ ? Nous ne
sommes pas chrétiens une fois pour toutes, nous devons le devenir chaque
jour. Donc, tout est encore devant nous.
Nous sommes toujours en chantier. Ce serait dommage de célébrer la fin de la
mission !
Voilà que notre diocèse vient frapper encore délicatement à votre porte au
début de cette nouvelle année pastorale.
Avec vous, il veut revisiter les Sacrements d’initiation - le baptême, la confirmation et l’eucharistie. Si vous voulez bien ouvrir … il vous sera proposé un voyage au cœur de
la Foi … où nous nous donnerons des chances de redécouvrir notre authenticité.
Conférences, catéchèses, célébrations et temps de prière nous y aideront. Car
nous devons nous rappeler chaque jour que Jésus a combattu toute religion
d’apparence, il a affronté tous ceux qui entretenaient cette religion, il affronte
encore tous ceux qui entretiennent la cendre plutôt que la braise.
La cendre et la braise ! Ce n’est pas mon invention, rassurez-vous. St Thomas
More, le théologien Karl Rhaner et le cardinal Martini en ont abondamment causé. Aujourd’hui, c’est le Père abbé bénédictin d’Einsiedeln, en Suisse, qui nous invite à nous tenir en éveil, non pas en conservant nécessairement tout ce qu’on a toujours fait, mais en gardant une relation vivante avec le Christ par delà les mutations et les changements des époques et des contextes qui nous sollicitent. ‘’ La tradition ne consiste pas à maintenir les cendres, mais à transmettre la flamme ’’.
Revisiter les sacrements d’initiation, c’est effectuer un retour aux sources,
c’est réapprendre à ne pas faire des choses dans la vie de foi juste pour avoir bonne conscience ; car nous ne pouvons marchander avec Dieu. Dieu est Père, Créateur de toutes choses ; le premier il nous aima. Sa main toujours tendue, ses bras toujours ouverts, il attend notre réponse quotidienne.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF