Carpe Diem

mardi 29 octobre 2013
par  Bernard LE NEEL
popularité : 1%

Qu’il est de mauvaise réputation ce « carpe diem », traduit désormais « profite du jour présent », devise de jouisseurs et d’épicuriens !

Étymologiquement pourtant il ne signifie que « cueille le jour », ce qui peut avoir un autre sens.

La rose, par exemple, qui se fane rapidement, et qu’il faut cueillir dès sa floraison est devenue chez nos poètes classiques symbole de la brièveté de l’existence humaine.
On a à l’esprit le sonnet de Ronsard : « cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie ». C’est donc plutôt l’éloge de l’instant présent ; le passé n’est plus et le futur n’est pas encore. Au jour d’hui, hic et nunc, est ce qui compte.
Du « cueille l’aujourd’hui » à l’éph émère, qui ne dure que peu de temps, un jour, il n’y a qu’un pas.
Certains papillons s’en trouvent même appelés éphémères.
Les Grecs utilisaient le même mot pour papillon et âme, psuchè, c’est dire s’ils avaient conscience de la fragilité de l’existence.

A notre époque, c’est cliché de dire que c’est le règne de l’éphémère, une civilisation du cleanex, du provisoire et donc du jetable ; des objets de la vie courante, aux comportements humains, aux alliances, rien de devrait s’inscrire dans la durée ?
Le pape François a plusieurs fois cette année stigmatisé cette « civilisation du provisoire », rejoignant Benoit XVI qui s’attachait à dénoncer le « relativisme ».

Le dictionnaire donne plusieurs significations au mot « provisoire » :

  • Ce qui ne doit pas durer … même si parfois nous connaissons du provisoire qui dure !
  • Qui se fait en attente d’autre chose, ce peut être une solution intermédiaire, transitoire … en vue du futur.
  • Qui se fait par provision, avant un règlement définitif … un acompte provisionnel.

Le provisoire a donc quelque bon côté. La Bible met souvent en balance les termes provisoire et éternel. Il est légitime de travailler à améliorer le provisoire, mais ce n’est pas la fin de l’espérance. J’ai du travail, mais je peux le perdre, j’ai la santé mais je peux la perdre, j’ai une famille, mais je peux connaître le deuil ; rien n’est stable ici-bas ni définitivement acquis, panta rei disaient les Grecs, tout coule, tout f… le camp dirions-nous.
L’atout de l’Espérance chrétienne, c’est que nous connaissons la fin du film ; nous savons vers quoi nous tendons. C’est pourquoi il faut s’attacher aux valeurs éternelles, un socle bien stable : la Foi, l’Espérance et la Charité.

On relève dans l’Evangile des paroles de Jésus : « Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux, votre préoccupation première (Mt6 ;33)
«  le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront jamais (Mt 24 ;35)

Le monde passe avec tous ses attraits, mais celui qui accomplit la volonté de Dieu … demeure éternellement. (1 Jean2 :17)

Quant à Saint Pierre, il met les points sur les i nous qualifiant de pèlerins et étrangers en ce monde. SDF, en attente de la Cité céleste.

Heureux temps de Toussaint qui dans la célébration du Corps mystique nous laisse entrevoir un programme mobilisateur : un grand bonheur, que dis-je … la béatitude !
alors cueillons aujourd’hui la semence de vie éternelle.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF