Trente-deuxième du Temps ordinaire – 2 M 7, 1….


Trente-deuxième du Temps ordinaire – 2 M 7, 1. 2, 9-14 ; Lc 20,27-38
Habitués aux longues discussions, les sadducéens, ces notables juifs qui viennent trouver Jésus sont-ils mal intentionnés ? Le texte ne le dit pas. Ils ne croient pas en la résurrection et mettent devant Jésus une situation poussée à l’extrême. Jésus, lui, dans sa réponse se réfère une fois de plus à l’Ecriture.
Il affirme clairement que rien ne saurait détruire l’Alliance de Dieu avec les hommes. Le lien d’amour qui nous unit à lui traverse la mort ;. Déjà les martyrs d’Israel (première lecture), proclamaient leur foi en la résurrection.
Jésus affirme tout aussi clairement qu’en ressuscitant, nous ne retournons pas à la vie antérieure, mais nous entrons dans le monde de Dieu. Ressuscités, ceux qui nous ont quittés, vivent de la vie de Dieu, une vie autre, transfigurée.
Jésus affirme enfin que Dieu est le Dieu des vivants, le Dieu de la vie ; il veut que nous vivions avec lui.

JPEG - 50.9 ko Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 20,27-38

Des sadducéens - ceux qui prétendent qu’il n’y a pas de résurrection - vinrent trouver Jésus, et ils l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu’il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère.

Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; le deuxième,
puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants.
Finalement la femme mourut aussi.

Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour femme ?  »
Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient. Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne se marient pas, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection.
Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, le Dieu de Jacob.
Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui.
 »

Emission RCF présentée par Anne Motte, Loïc Le Quellec tous les jeudis à 19h30
Rediffusion le vendredi suivant à 11h30, le dimanche suivant à 09h15


Voir le site : Dimanche dans la ville

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Noel
Bannière denier
Bannière RCF