Heureux Hasard

mardi 3 décembre 2013
par  Kerprat
popularité : 1%

Il a bon dos le Hasard qui permet de l’accuser quand on ignore la cause ; c’est d’ailleurs la définition du dictionnaire.
Existe-t-il ou non ? Vaste sujet philosophico-scientifique …

Les anciens, en Grèce, qui se posaient déjà les mêmes questions, ont carrément divinisé le Hasard, il est devenu Fortune : Déesse aux deux trompettes : une courte pour lancer les rumeurs et une grande ‘trompette de la Renommée ».
Ce mot Fortune a fait florès au XVIIe siècle et désormais il est moins fréquent ; quoique …
Pour le monde la Finance c’est le patrimoine ; pour le Gouvernement l’ISF, un impôt sur la fortune, sur les biens en possession.
Mais pour le sens commun, fortune a des côtés attrayants et sympathiquement positifs :
Arrivant à l’improviste chez un ami, n’est-on pas reçu « à la fortune du pot » ?
La fortune aime les audacieux, dit-on, chercher fortune ailleurs, c’est de bon augure. Jadis un officier de fortune devait son épaulette à s’être élevé par son mérite. Autrefois encore une personne fortunée était une personne favorisée par le sort, depuis nous en faisons usage au sens de richesses matérielles.
Polyeucte ne dit-il pas à Pauline « A quoi sert le mérite s’il manque la fortune ?  »
Bref, Hasard ou fortune et pourquoi pas actions de la Providence ? il faut observer ce terme et toute sa thématique avec humilité. A notre échelle, en effet, le hasard existe, au sens d’un aveu d’ignorance, au regard de nos connaissances.
Mais il serait outrecuidant pour ne pas dire imbécile de conclure que le monde et tout ce qu’il comporte est fruit du hasard.
« Dieu ne joue pas aux dés » a dit Einstein en 1927, car il n’y a pas d’effet sans cause.
En 1985, Jean-Paul II de dire «  A toutes ces « indications » de l’existence de Dieu créateur, certains opposent la vertu du hasard ou des mécanismes propres à la matière. Parler de hasard à propos d’un univers qui présente une organisation … revient à renoncer à chercher une explication au monde tel qu’il nous apparaît … vouloir admettre des effets sans cause, il s’agit d’une abdication de l’intelligence humaine.  »

Les scientifiques qui plongent dans l’infiniment petit ou l’infiniment grand sont témoins de la place d’une mathématique étonnante et omniprésente.
La naissance du Sauveur, Fils de Dieu, un hasard ? quand on voit la préparation du peuple choisi, et l’annonce des prophètes !

Car, nous dit Paul, « c’est dans le Christ que nous avons été créés, que le monde a été produit  »

Les frères Bogdanov viennent de publier un livre « La fin du hasard » (ce mot qui en arabe signifie coup de dés) dans lequel on ne peut qu’être émerveillé par les lois ( probables), mais pas toujours connues qui règnent dans le chaos au fin fond de la matière.

Cela fait belle lurette que l’on chante « Les cieux racontent la gloire de Dieu ».


PS :

PS : Que ceux qui ont lu le livre des frères Bogdanov « La Pensée de Dieu » n’aient pas peur de lire cette fois le dernier, beaucoup moins ésotérique, et plus abordable.


Commentaires

Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
image Synode
Bannière denier
Bannière RCF