L’Avent … dans l’attente du Seigneur

mercredi 4 décembre 2013
par  Patrick BEGOS
popularité : 1%

L’Avent est un temps de préparation à la fête de Noël. La venue du Fils de Dieu n’est pas l’image que nous renvoient les médias. C’est un événement capital de nos vies. Sœur Marie-Thérèse Le Floch en explique ici le sens chrétien.

 Quelle est la signification de l’Avent ?

Ce mot vient du latin adventum (avènement, arrivée). Autrefois, ce mot désignait l’intronisation d’un nouveau roi sur le trône. Pour nous, chrétiens, durant l’Avent, l’Eglise veut commémorer deux événements. D’abord le rappel de la venue du Christ, fils de Dieu, parmi les hommes. Mais aussi, l’attente de sa venue définitive à la fin des temps, de son retour en Gloire qui marquera l’achèvement total du projet de Dieu. La première lettre aux Corinthiens, (15, 26-28), parle de ce projet : « Que Dieu soit tout en tous », ainsi que d’autres textes : Ephésiens (1, 10-11) Colossiens (3, 1-11) et Dei Verbum. Cette attente du projet de Dieu, dans l’espérance, peut se résumer en une phrase « Viens, Seigneur Jésus ». C’est donc une attente joyeuse comme pour toute naissance ou arrivée. Nous attendons qu’Il arrive, qu’Il soit « tout en tous ».

 Quelles sont les origines de l’Avent ?

L’Avent est le point de départ d’une nouvelle année liturgique dont le temps fort sera Pâques. Les premiers chrétiens fêtaient Pâques tous les dimanches puis un seul dimanche par an. Avant Pâques, ils ont instauré un temps de préparation spirituelle par la prière, le jeûne, la charité : le carême. Peu à peu, au IV ou Ve siècle, la même démarche a été souhaitée pour préparer Noël. Le temps de l’Avent est un appel à la conversion, pour accueillir le Messie, le Christ lumière du monde. L’attente se fait dans la joie et l’espérance, avec le maintien de l’Alleluia contrairement au Carême.

 Y-a-t-il une progression dans les 4 dimanches ?

Le premier dimanche, l’Evangile nous tourne vers l’attente de la venue du Seigneur à la fin des temps avec un mot fort : « Veillez, vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra ».
Le second dimanche, Dieu nous envoie un messager, Jean Baptiste. « Préparez le chemin, aplanissez la route ».
Le troisième est jour de joie, car le désert n’est pas seulement terre d’épreuve. « Criez de joie. Jésus-Christ est bien celui qui doit venir et nous marchons à sa rencontre ».

Quant au quatrième, l’Evangile nous dit que Dieu établit sa maison chez les hommes. Il nous donne des signes, c’est la naissance d’un enfant, au nom symbolique :

« Emmanuel, Dieu avec nous »

Les deux préfaces de l’Avent sont pleines de sens, elles nous aident à méditer et à prier. Les premières lectures portent, selon les années, sur les textes des prophètes Isaïe, Baruc, Michée. Cette année (A), le prophète Isaïe accompagne notre attente de l’avènement du Seigneur. Laissons nous guider par sa parole et éclairer par son message d’espérance. Les psaumes célèbrent également la venue du Christ. « Dieu vient. Il accomplit sa promesse. Ce que Dieu promet, il le fait ». Les secondes lectures sont de St Paul, St Pierre, St Jacques. Les apôtres indiquent le chemin à suivre. « Accueillez vous les uns les autres ». « Ayez de la patience » … Cette progression dans les Evangiles, les lectures, les psaumes, les oraisons nous fait avancer vers Noël.

 Que représentent les symboles de l’Avent ?

La bougie que l’on allume chaque dimanche est une coutume de piété populaire. La lumière nous est donnée. A nous de l’accueillir. La couronne faite de branchages verts montre que le Christ ne meurt pas. C’est la symbolique de la vie. Le calendrier de l’Avent montre aussi cette progression, étape par étape. Jour après jour, avec patience, il faut se préparer.

 A quoi le chrétien est-il invité durant le temps de l’Avent ?

Le chrétien est invité à la conversion, dans une attente active. Comme le préconise Jean-Baptiste, nous devons changer nos habitudes et guetter les signes de la présence du Christ, dans le monde et dans notre voisinage proche. L’écoute de la parole est l’une des voies essentielles. Lire cette parole, au travers des Evangiles, des préfaces … demande un effort mais il se fait dans la joie et la certitude du salut qui nous est offert. Nous pouvons vivre ce temps en compagnie de Marie : elle a accueilli et mis au monde le Messie. Prions-la de nous apprendre à accueillir comme elle , dans la foi, le Sauveur du monde, le Christ Seigneur.
La prière nous aide à préparer nos cœurs. Consacrer quelques minutes par jour à Dieu, dans le silence, permet de s’extraire de la pression médiatique et commerciale qui entoure Noël. La naissance de Jésus doit être un temps d’intériorité et pas seulement de cadeaux. Dans cette attente, soyons dans une attitude de joie et d’espérance. « Dieu fait ce qu’il dit ». Et il fait toutes choses nouvelles. Aube nouvelle dans notre nuit … Bonne nouvelle pour sauver son peuple, Dieu va venir … Il faut préparer la route au Seigneur …


Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier
Bannière RCF