L’Evangile du dimanche

L’Evangile du dimanche avec une introduction de Jean-Marie Rabain.

Podcast de RCF 22 Côtes d’Armor : l’Évangile du dimanche est lu et commenté tous les vendredis à 11h00 et 19h30 autour de la table.

Cinquième dimanche de Carême « Vous vivrez ! » Voilà la Bonne Nouvelle qui nous est révélée et proclamée aujourd’hui. Le Seigneur, nous dit Ezéchiel, mettra son Esprit dans le cœur des croyants afin qu’ils vivent. (Ez 37, 12-14). Paul rappelle aux chrétiens de Rome que le Père source de vie a ressuscité Jésus par son Esprit et qu’il nous fera vivre définitivement (Rm 8,8-11). L’évangéliste Jean quant à lui, nous invite à contempler trois facettes de l’identité de Jésus : Dans le récit de la résurrection de Lazare, Jésus apparaît comme le Fils ; il ne s’attribue pas le pouvoir de faire revivre, mais remercie le Père : « je savais que tu m’exauces toujours ! ». Marthe le reconnaît dans un bel acte de foi « Je sais que tu es le Fils de Dieu ! » Jésus apparaît vraiment homme, face à l’épreuve de la mort, face au deuil de Marthe et Marie. « Jésus fut bouleversé d’une émotion profonde… il pleura » Jésus, enfin, se révèle capable d’arracher à la mort : « Viens dehors ! », cria–t-il à Lazare. Et Lazare sortit de son tombeau (Jn 11, 1-45) Dieu, Père, Fils et Esprit, Seigneur de la vie, viens en aide à mon peu de foi !

Quatrième du Carême La parole de Dieu est eau vive, elle est lumière pour les yeux. Elle donne à Samuel le prophète, de découvrir les « vues » de Dieu, si différentes de celles des hommes (1S 16, 1-13). Les chrétiens d’Ephèse (Eph 5, 8-14), « illuminés » par le Christ, sont appelés à vivre en « fils de la lumière ». L’aveugle-né de l’évangile (Jn 9,1-41) a pris un chemin de lumière qui est aussi celui de la confiance : confiance sur parole qui lui fait retrouver la vue, qui lui fait s’engager personnellement et prendre des risques pour défendre son sauveur, face à des gens aveuglés par leurs certitudes ; confiance sur parole qui le mène finalement à la lumière de la rencontre. Ses yeux alors s’ouvrent totalement pour reconnaître le Seigneur dans l’homme qui l’a guéri. Le chemin de l’aveugle est un peu notre chemin. Le baptême nous a plongés un jour dans la lumière du Christ, mais il faut toute notre vie, à travers la solitude, l’obscurité, les risques, pour reconnaître véritablement Celui qui nous parle. Ouvre mes yeux, Seigneur !

Troisième de Carême Les Hébreux mouraient de soif dans le désert ; ils en venaient même à douter de l’existence de Dieu. Leur créateur et sauveur pourtant reste fidèle, et par l’intermédiaire de Moïse, fait jaillir l’eau du rocher. (Ex 17, 3-7) Au puits de Jacob, Jésus, lui, promet l’eau vive à la femme assoiffée de Samarie (Jn 4, 5-42) et cette promesse atteint tous ceux qu’elle va ensuite rencontrer : elle les invite à venir jusqu’à la source, et ils feront cet acte de foi : « C’est vraiment lui le Sauveur du monde ». Un point d’eau est devenu carrefour des peuples et lieu de salut pour tous. La promesse d’eau vive atteint les disciples et arrive jusqu’à nous dans cet « amour répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » au baptême (Rm 5, 1-8). A quel puits rencontrons-nous d’autres personnes ? De quelles soifs parlons-nous ? Soif d’être quelqu’un, soif de dignité, de relations vraies, de sens à la vie, soif de Dieu

Deuxième du carême Abraham entend l’appel de Dieu à quitter son pays et il part vers un pays inconnu ; en lui tous les hommes sont bénis de Dieu (Gn 12, 1-4). Paul, de sa prison à Rome, écrit à Timothée, son enfant dans la foi, (2 Tm1, 8-10), rappelant sa vocation, l’appel de Dieu à témoigner de l’Evangile… ; grâce à de tels témoins, la Parole sera proclamée à tous les peuples. Appel de Dieu aux disciples :« écoutez-le ! » (Mt 17, 1-9) ; justement, ils n’ont pas très envie d’écouter : Pierre n’a pas voulu entendre que Jésus allait souffrir… Jacques et Jean briguent les premières places « Ecoutez –le » répète la voix venue d’en-haut sur la montagne et déjà entendue sur les bords du Jourdain. Cette parole les invite à se fier à celui qui annonce les jours sombres à venir et à contempler le visage de lumière de leur maître. Jésus lui-même a sans doute reçu ces paroles sur la montagne comme un réconfort du Père alors qu’il est en route vers Jérusalem. Avec l’Esprit qui nous a été donné, nous voici au pied de la montagne, appelé chacun à dire ce que nous avons écouté, entendu. Une question nous est posée par le projet pastoral : Comment s’adresser à des personnes en marge, à la périphérie, non-croyantes ? Avons-nous déjà donné nos suggestions ?

Huitième du Temps ordinaire Au peuple exilé, tenté par le désespoir, Isaïe rappelle que Dieu ne saurait l’oublier, qu’il rentrera au pays de ses pères. (Is 49, 14-15) ; le peuple peut continuer à espérer ; il peut retrouver la paix, en s’appuyant sur Dieu son rocher, c’est ce que chante le psalmiste, qui lui, ne se laisse pas submerger par l’inquiétude. « Dieu seul est mon rocher, ma citadelle, je suis inébranlable » (psaume 61) La lettre aux Corinthiens, et l’évangile (Mt6, 24-34) invitent à la même confiance ; mais non pas à la paresse ou à la passivité ; d’ailleurs les oiseaux et les fleurs dont Dieu prend soin, ne puisent-ils pas activement dans la nature la nourriture nécessaire à leurs besoins ? Le message de Jésus dénonce le désir d’amasser toujours plus, de faire de l’argent une idole, au détriment du respect de la nature et de ses semblables, au détriment de la vie.

Septième dimanche du Temps ordinaire
« Soyez saints car moi le Seigneur votre Dieu je suis saint » (Lv 19, 1…..18). Cette parole nous est donnée ici en lien avec l’amour fraternel. Ce n’est pas une leçon de morale mais un appel : devenir image et ressemblance de Dieu selon la parole du créateur, au premier jour. Jésus ne dit pas autre chose quand il demande de renoncer à toute vengeance, toute haine « afin de devenir les fils de votre Père qui est dans les cieux « (Mt 5, 38-48). Comment le Père agit-il ? Il aime sans limite, offre sa lumière aux méchants comme aux justes, recommençant à neuf chaque jour avec chacun, Dieu de tendresse et de pitié, lent à la colère et plein d’amour » dit le psaume 102. Si nous aimons à sa manière, amis et ennemis, alors, nous participons, à son œuvre grâce à l’ « l’Esprit qui habite en nous « (1 Co 3, 16-23).
Envoie ton Esprit Seigneur et tout sera créé, tu renouvelleras la face de la terre .

Sixième dimanche du Temps ordinaire Devant nous à chaque instant, deux chemins se croisent : l’un va vers la vie, l’autre vers la mort. (Si 15, 15-20). Le psalmiste dit le bonheur de celui qui écoute la Parole de Dieu et s’engage ainsi sur un chemin de vie (psaume 118). Paul invite à accueillir la sagesse, l’Esprit de Dieu, qui peut apprendre à discerner les choix à faire, car lui, « voit le fond des choses »(1 Co 2, 6-10). Ainsi, c’est dans le cœur de chacun que se joue le oui ou le non à Dieu, l’ouverture ou la fermeture aux autres. Le souffle des Béatitudes donne sens à l’évangile de ce jour (Mt 5, 27-37) : Jésus est venu accomplir, c’est-à-dire vivre pleinement le projet du Père pour les hommes. Nous apprenons de lui, que le chemin de la vie est du côté de la réconciliation, de la rencontre de l’autre en vérité, du côté de l’amour. Chemin de croissance pour l’homme, vie avec Dieu, ce que Jésus appelle le Royaume.

Cinquième dimanche du Temps ordinaire

Au retour de l’exil, Isaïe (58, 7-10) : invite le peuple, à ne pas se contenter du culte mais à entrer dans l’action même de Dieu, libérateur, miséricordieux. (les œuvres de miséricorde consistaient à nourrir les affamés et vêtir ceux qui étaient nus, visiter les malades et Matthieu y ajoute l’accueil des pécheurs). C’est la lumière de Dieu lui-même qui alors habitera le croyant et à travers lui, apportera de sa douce clarté à ceux qui marchent de nuit. Le texte d’évangile proposé aujourd’hui (Mt 5, 13-16) et qui suit celui des béatitudes, nous rappelle que nous sommes sel de la terre et lumière du monde, cela consiste à vivre, selon l’esprit de Jésus lui-même, humble et pauvre, artisan de paix et de justice. Lui seul, Jésus, a vraiment vécu les Béatitudes, lui seul fut la vraie lumière. Paul en était convaincu et répétait, qu’à travers sa faiblesse, son manque d’éloquence, se manifestaient « l’Esprit du Christ et sa puissance » (1 Co 2, 1-5).

La Présentation de Jésus au Temple Jésus a partagé notre condition humaine et c’est à des humains qu’il peut porter secours dans l’épreuve ; il leur assure vie et libération ; il est un grand prêtre digne de confiance ;. Jésus, tel un pont, relie Dieu et les hommes. Voilà ce que nous dit cette belle page de la lettre aux Hébreux. Luc par la voix de Syméon décerne à Jésus d’autres titres. Messie du Seigneur, Salut pour tous les peuples, Lumière des nations, Gloire d’Israël : La si longue attente des vieillards Syméon et Anne, c’est l’attente de tout un peuple, l’attente de l’Ancien testament ; elle prend fin maintenant et les deux « veilleurs » laissent éclater leur joie et leur louange ! Jésus est lumière qui sauve les hommes. Le message de Syméon à Marie nous oriente déjà vers la Croix : Jésus sera un signe de division. Il reste signe de contraction en nous et dans le monde. Unis à la souffrance de Marie, nous croyons en la lumière de la résurrection, plus forte que nos ténèbres.

Troisième du temps ordinaire – Is 8,23-9,3 ; ps 26 ; 1 Co 1, 10-17 ; Mt 4, 12-23 Dans les textes offerts par la liturgie, celui d’Isaïe et l’évangile proclamé se répondent, soutenus par le chant du psalmiste « le Seigneur est ma lumière et mon salut ». Jésus accomplit la prophétie d’Isaïe. En lui nous reconnaissons la lumière qui a resplendi dans le pays de l’ombre, le Sauveur. Paul rappelle aux chrétiens de Corinthe, que cette lumière, c’est Jésus le crucifié qui est au centre de leur foi, et fait leur unité. Matthieu, nous montre Jésus, qui, après l’arrestation de Jean le Baptiste, se retire en Galilée. C’est là que commence sa mission. Mais il ne veut pas l’accomplir seul et choisit des hommes et des femmes pour répandre l’évangile avec lui. Pierre et André, Jacques et Jean, prirent le risque de partir à sa suite et furent ses premiers compagnons. De témoin en témoin, la lumière du Christ a été transmise jusqu’à nous. Elle est un don et un appel à sortir de l’ombre de nos immobilismes, un appel à le suivre et à participer à sa mission..

Articles : 0 | ... | 310 | 320 | 330 | 340 | 350 | 360 | 370 | 380 | 390 | ... | 470 | Tout afficher