Outre-mots

Les billets d’humeur…
Cette rubrique d’un site de paroisse catholique permet l’expression de laïcs membres de cette paroisse qui témoignent de leur foi dans la société dans laquelle nous vivons. Elle n’engage que leurs auteurs et permet la discussion sur des sujets qui concernent le Peuple de Dieu.
(Humeur signifie bien que c’est relatif à un point de vue, à un sentiment personnel).

C’est avec stupeur et tristesse qu’on apprend que des fondateurs d’œuvres ou établissements religieux étaient des pervers sexuels. Leur charisme prophétique mélangeait mysticisme et sexualité. Leur Credo commençait par je crois en Dieu et finissait par une résurrection de la chair nous disait jadis un (...)

Le divorce étant prononcé, il nous reste à recenser les biens réduits aux acquêts ; désormais place aux négociations pour partager les petites cuillers et la garde des enfants… Il y a beaucoup à dire sur les relations entre la Bretagne et la Grande Bretagne. N’étaient les invasions de l’Ile d’Albion (...)

Au sens figuré, se faire la malle est une expression un peu surannée. Aujourd’hui quand un prisonnier s’évade, on dit qu’il s’est fait la belle, qu’il a quitté un lieu par ruse pour éviter la geôle, pris la fuite ou même la poudre d’escampette. Il y a toujours, sauf pour les grands criminels, un côté (...)

Le Président de la République a qualifié la mouvance islamiste de Hydre. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Hydre_de_Lerne). Cette bête diabolique indiquée dans la mythologie grecque fut tuée par Hercule, un des douze combats, les fameux travaux d’Hercule. Ce n’était pas mince affaire : Cette bête au corps (...)

Les progrès scientifiques ont permis naguère de s’affranchir de la procréation ordinaire, habituelle dans la nature.

Quel drôle de mot récemment entendu !

Que de maux sont évoqués sous ce terme de dépendance !

En ce Mercredi des Cendres, en recevant ces poussières, nous penserons et prierons pour ceux par qui le scandale arrive, et pour les victimes. En fait ces cendres seront des braises qui nous brûlent dans nos cœurs. Avec courage et indignation, la Sœur Véronique Margron, au nom de Coreff, a dit « (...)

Il n’y a pas longtemps, j’ai assisté aux funérailles d’une vieille femme : presque cent ans. Elle était reconnue comme la célibataire de sa famille. Toute jeune, elle était partie à la ville pour travailler. Puis vint le temps où elle s’éprit d’un jeune homme. Mais c’était un divorcé. Il suffit alors (...)

Articles : 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | Tout afficher