Covid 19 … Témoignages … Enregistrer au format PDF

Lundi 8 juin 2020 — Dernier ajout samedi 13 juin 2020

Nous avons demandé à des personnes de différents horizons, concernées par la pandémie de Covid 19, à des degrés différents, de témoigner, de nous confier comment elles ont vécu cette situation.

Famille d’un soignant malade du Covid 19

En ce moment le monde vit une période difficile. La pandémie qui frappe devrait faire réfléchir, ceux qui ont des responsabilités, mais aussi chacun de nous. A la télévision, à la radio, on ne parle plus que du Covid 19. On finit par se lasser de ces informations en continu. Pourtant ce virus est responsable de beaucoup de craintes, de douleurs physiques et morales particulièrement dans les familles qui en sont victimes : isolement du malade, coma provoqué, rééducation longue n’apportant pas l’assurance d’une vie normale lorsque l’on rentre chez soi. Il serait souhaitable que chacun en prenne conscience et respecte les consignes données.
Pour une personne gravement atteinte dans ma famille, je peux témoigner, des doutes, des souffrances morales, des attentes d’un coup de fil de l’hôpital pour renseigner de l’état du malade, du soulagement lorsque tout est normal, de l’angoisse lorsque le diagnostic est moins bon et le soulagement à nouveau lorsque le réveil est provoqué. Puis vient un mois de rééducation avec toutes les incertitudes quant à la guérison complète.
Je peux aussi témoigner que c’est un moment douloureux pour les petits enfants confrontés à la réalité de la vie. Cette épreuve ne les laisse pas indifférents. Ils ont un peu oublié « le chemin de l’église ». Dans leur affection ils ont une pensée pour celui ou celle qui souffre et formulent à leur façon une prière indirecte : « Dis Mamy, toi qui as la foi, prie pour notre autre Mamy ».
Une paroissienne

Infirmier en réanimation à l’hôpital Saint Louis de Paris

Le confinement a été décidé le 16 mars et comme tout le monde, j’ai dû être confiné mais sans être bloqué chez moi car je devais aller travailler régulièrement. Pour se déplacer nous devions prendre notre carte professionnelle, une attestation comme quoi nous travaillions à l’hôpital ainsi que l’attestation du gouvernement.
Mes nuits ont été rythmées par les arrivées (nombreuses) des malades Covid-19 et la prise en charge de ceux qui étaient déjà présents. Il fallait aussi gérer les visites des familles et les rassurer, ce qui n’a pas toujours été le plus facile. 
La majorité de mes collègues ainsi que moi-même, avons peu souffert du confinement mais plus de la charge de travail qui jouait sur le mental et la fatigue physique, dus à ce nouveau virus.
Les patients Covid-19 sont arrivés peu à peu puis de plus en plus nombreux. Sur une période de deux mois nous en avons eu à gérer jusque 100 patients pour un service qui peut accueillir normalement 16 patients en réa ! Mais les renforts sont arrivés aussi, ce qui nous a permis de prendre en charge calmement et du mieux possible les patients.
La situation est depuis redevenue plus calme, mais nous sommes toujours mobilisés en cas d’une deuxième vague, et nous appliquons les gestes barrières.
Pierre Kervizic

Une scientifique s’exprime

L’épidémie que nous connaissons actuellement bouleverse notre mode de vie. Cela nous oblige à réfléchir et à toujours plus d’humilité. Au XXI ème siècle, alors que nous avons tant de nouvelles technologies, un simple virus transforme nos vies. Cela nous replonge dans des époques que nous croyions oubliées en Europe, les épidémies de peste, choléra, grippe espagnole…Nous sommes si petits devant la nature.
Décrire une nouvelle maladie, la diagnostiquer, chercher des traitements, mettre au point un vaccin, autant de défis qui sont excitants pour les scientifiques. D’un autre côté, la peur d’une mort prématurée… Le défi du déconfinement me paraît très important. Confiné, on est protégé. Déconfiné, il faut à la fois se protéger et protéger les autres. Je ne voudrais pas que notre prochain soit perçu comme un danger permanent. Ce paradoxe de réinventer un contact sans contact me semble être un vrai défi pour les semaines à venir.
Claire Letellier

Calogero a choisi la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France comme partenaire pour cette opération.  [1]

Les papillons de jour - JPEG - 168 ko
Les papillons de jour

Illustration Courage - merci et bravo
Site internet : www.lespapillonsdejour.fr

[1La totalité des recettes sera reversée à la fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, en faveur du personnel soignant.
En raison de l’engagement historique de cette Fondation aux côtés des hôpitaux, des personnels soignants et des patients. Universal Music France et son label Polydor sont heureux d’accompagner Calogero dans ce projet et reverseront aussi la totalité de leurs recettes aux personnels soignants.

Voir en ligne : Pandémie de Covid-19