En « Avent », toutes ! Enregistrer au format PDF

Vendredi 1er décembre 2017 — Dernier ajout lundi 13 novembre 2017

Dimanche 3 Décembre - 1er dimanche de l’Avent

"Prenez garde, restez éveillés". Dieu ne cesse de visiter son peuple. Plus d’une fois, il a « déchiré les cieux » pour le secourir et le consoler. Nos cœurs veillent et s’émerveillent en cette saison de l’Avent, car nous savons que le Christ est toujours bien vivant parmi nous.

Info : À partir de ce premier dimanche de l’année liturgique, on utilise la traduction modifiée du Notre Père. À la place de : « Ne nous soumets pas à la tentation », on dit maintenant : « Ne nous laisse pas entrer en tentation. »

En ce début de la nouvelle année liturgique, l’évangile du premier dimanche nous recommande la veille. « Veillez donc car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra … tenez-vous donc prêts » Mt 24. Déjà dans la parabole des vierges Sages et des vierges folles, Jésus demandait aux disciples de veiller, de ne pas dormir !

Mais qu’est-ce donc que la veille ? Bientôt on entendra plutôt évoquer le réveillon … qui n’est que la veille d’un jour de fête !

La veille est une attitude commune à beaucoup de domaines ;
- En mer, le matelot en vigie guette l’horizon et veille au grain qui menace ou à tout danger.

- A l’hôpital, les personnels de veille assurent la surveillance des malades.
- En entreprise et dans le commerce la veille consiste à étudier les évolutions des pratiques et des stratégies concurrentielles.
- Pour le trader, c’est détecter la tendance favorable des marchés boursiers.
- Il n’est pas jusqu’à nos appareils domestiques, et ordinateurs qui ne se mettent en veille.

Pour nous la veille consiste à vivre en guetteurs, en sentinelles, pour discerner les signes de Dieu qui annoncent sa venue.

Le mot Avent n’est usité que dans le sens liturgique, il ne faut pas oublier son sens profond qui est ce qui doit advenir. En somme, en veilleurs, anticiper, attendre d’un grand désir. Ne connaît-on pas la fièvre anxieuse de l’attente d’une échéance, d’un événement ? Sans parler de l’arrivée du tiercé, ou du tirage du Loto !

Dans quelques semaines, Noël : l’irruption du Sauveur dans notre Histoire. A la fois souvenir de l’événement historique et » de commencements en commencements » le retour du Christ.

Nous n’aurons pas trop de 4 semaines pour nous y préparer. Vivons dès aujourd’hui cette attente, comme des jeunes parents à quelques semaines de l’heureux événement. Car nous attendons l’heureux événement. L’Église nous donne les moyens de nous y préparer, les sacrements et la prière. C’est à un vrai plan vigipirate personnel que nous sommes invités. Comme les vierges sages, faisons le plein … (d’huile ), remplissons nos réservoirs pour ne pas craindre la pénurie. Et même si le Seigneur nous trouve un peu endormis, au cri de « Voici l’époux », nous nous éveillerons en sursaut.

Nous pourrons alors chanter à Noël, « Ne craignez pas, amis, éveillez-vous ; pour ton salut Il se fait serviteur ! »

Article déjà paru sur ce site internet le 27 novembre 2010.

Voir aussi l’article Nouveau Notre Père le 3 décembre 2017.