Homélie à partir de Matthieu 25 - Obsèques Maurice Fiche - Enregistrer au format PDF

Vendredi 13 novembre 2020 - église St Pierre Plérin -
Vendredi 13 novembre 2020

Frères et sœurs, chers amis,

Nous venons d’entendre un extrait de l’évangile selon St Matthieu. Dans une discussion avec ses disciple, Jésus, le Christ, nous parle, de façon imagée, du Royaume de Dieu. Or, ce Royaume se vit déjà ici sur cette terre, dans les différentes relations que nous tissons avec nos proches et nos semblables, dans la qualité d’engagement que nous mettons pour créer du lien.

En effet, cet évangile nous manifeste combien les solidarités humaines vécues au quotidien sont des pierres vivantes pour participer à l’édification du Royaume d’amour, de justice et de paix. Pour les chrétiens, cette solidarité humaine que nous appelons aussi la charité dans le sens de l’amour démesuré, s’enracine dans notre confiance en ce Dieu, Père de Jésus le Christ, un Dieu de bonté, de miséricorde et de tendresse. Pour les non croyants, cette solidarité humaine peut s’enraciner dans les droits de l’homme et de la femme, dont la devise française de « Liberté, égalité et Fraternité » en est le cœur, le fondement, le résumé.

« Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont les miens c’est à moi que vous l’avez fait … »

Pour le Christ, être un disciple-missionnaire, c’est prendre soin de celui dont je me fais le prochain et en priorité le plus petit, le plus fragile, le plus précaire. En prenant soin de ces personnes et de toute personne, c’est du Christ pauvre et humble que nous nous approchons et que nous servons pour un surcroît de vie et d’humanité.
Par sa vie, par l’éducation reçue notamment de sa grand-mère et de sa tante, par son cheminement d’enfant, de jeune, Maurice a intégré le sens de l’ouverture à l’autre. Par l’amour vécu, dans une complicité fidèle durant 56 ans, avec toi, Michèle, il a continué de s’ouvrir à la vie qui se donne et qui naît, notamment dans le don de la vie à vos 4 enfants, Dominique, Véronique, Patrick et Caroline. Par la tendresse et son côté apaisant, pacificateur, votre papa vous a transmis les valeurs humaines nécessaires pour avancer dans la vie, pour vous épanouir comme enfant, comme jeune, comme adulte, pour vous permettre d’avancer dans la vie en donnant une fécondité réelle à votre existence, notamment par votre travail, par l’amour partagé avec votre conjoint, par le don de la vie à vos enfants. Par son sourire, par sa disponibilité, Maurice a pu être, pour vous, ses petits-enfants, un papy aimant, affectueux qui vous a ouvert l’esprit à la grandeur et à la simplicité de la Vie.
Par son travail d’enseignant en mathématique au sein du Lycée Sacré-Cœur, Maurice a accompagné de nombreuses jeunes sur le chemin de la vie. Nous pourrions ajouter au texte d’évangile : « vous étiez enseignant, vous m’avez transmis votre savoir et vous m’avez alors donné des éléments pour orienter ma vie, pour discerner une vocation professionnelle. » Homme de relation, homme d’ouverture, soucieux de favoriser l’harmonie entre les personnes et les peuples, Maurice, avec d’autres, et avec discrétion, s’est lancé dans l’aventure de rechercher le bien être ici et là-bas, en « aimant en actes et en vérité ». Ici, notamment par les fêtes du quartier de la Ville Corbon, à l’ombre de la chapelle N.D. de Bon Repos, par son investissement au sein du Secours Populaire. Là-bas par la création d’un comité Faim et développement afin d’aider et de soutenir des peuples africains.

« J’étais malade et vous m’avez visité. »

Malade depuis quelques mois, Maurice a fait face à cette épreuve avec courage et en gardant l’espoir d’une guérison. Mais, ces derniers jours, alors que Maurice, peu à peu, s’enfonçait dans un sommeil profond pour s’abandonner totalement entre les mains du Père, c’est lui qui bénéficiait de l’attention, des soins, des autres. C’est tout un réseau familial, avec toi, Michèle, un réseau médical, un réseau de voisins, un réseau d’amis, qui se mobilisaient à ses côtés pour l’accompagner au mieux dans la dernière étape de son existence. C’est, par la présence des uns et la communion de cœur avec les autres, que Maurice a vécu le passage de cette vie où nous sommes en pèlerinage pour accoster sur la rive de l’éternité.

Chers amis,
Maurice a disparu de notre vue. Nous le croyons, il est désormais dans le cœur de Dieu. Nous lui demandons de prier pour nous, de veiller sur chacun de nous. Nous prions aussi pour lui afin qu’il repose dans la paix du Christ mort et ressuscité, en qui il avait mis sa confiance. Nous disons aussi Merci à Dieu pour tout ce que nous avons bénéficié de la présence de Maurice parmi nous. Et comme chantent les bretonnants au moment du départ de l’un des leurs, nous te disons Maurice :
« Jezuz, pegen bras-ve,
plijadur an ene,
Pa vez e gras Doue,
hag en e garantez …/… O Sonjal, e gloar ar baradoz
 »

(« Jésus, comme est grande, la joie de l’âme, qui vit en grâce avec Dieu et dans son amour, quand je songe à la gloire du Paradis »)
Que Marie, Notre Dame de Bon Repos, intercède pour nous !

Décès de Maurice Fiche

Documents à télécharger