Homélie de Pâques 2019 Enregistrer au format PDF

Samedi 20 avril et Dimanche 21 avril 2019 - Plérin et Saint Quay Portrieux -
Lundi 22 avril 2019

Chers amis,

Au terme de ces jours de Carême, de ces jours de pénitence et de conversion, où chacun de nous a pu profiter du temps de grâce qui nous est accordé, pour approcher de plus prêt le mystère de notre foi, en cette nuit très sainte où nous célébrons la plus grande liturgie de toute l’année, après avoir écouté ces nombreux, longs et beaux textes, je me demande ce que je peux effectivement dire, quel message je peux donner à la mesure du grand événement qui nous rassemble en cette heure.
Finalement, comme l’ange devant le tombeau vide, je me résous à vous transmettre uniquement et fidèlement le message du Ressuscité pour chacun de nous.

Message du Ressuscité :
Mon frère,
Ma sœur,
Mon ami :

Je sais que depuis que tu as eu au fond de ton cœur ce palpitement, cet appel, à me suivre, tu t’es levé, et tu t’es mis effectivement à ma suite. Et depuis, tu as commencé à faire route avec moi, parfois dans la joie, en riant par éclat de voix comme moi-même quand j’ai accepté de venir dans le monde pour vous sauver, parfois tu marchais à mes côtés dans la peine, la souffrance et même la honte, en pleurant, comme moi-même je l’ai fait sur Lazare et sur Jérusalem, souvent avec beaucoup de force et de détermination, mais aussi parfois avec lenteur, paresse et froideur, déception
Et marchant sur ce chemin de haut et de bas, de froid et de chaleur, tu m’as suivi avec plus de confiance et de profondeur en ces jours, en ces derniers jours de Passion, de Mort et de Résurrection. Depuis la nuit du jeudi, je sais que tu es entré aussi dans ces moments très forts où je donnais ma vie pour le monde et particulièrement pour toi. Et aujourd’hui, te voilà encore avec moi pour jubiler, et chanter cette gloire, cette victoire que je remporte pour toi et avec toi sur la mort et sur toutes les formes du mal.
Désormais, il n’y a plus de mal qui soit invincible. Si quelque chose te fait peur, crie vers moi, et tu auras le courage, si tu as faim, dis-le moi, je te donnerai à manger, si tu as soif, avec moi, tu seras désaltéré au-delà de tes attentes. J’étais mort, mais désormais je suis vivant à jamais, ne sois plus désolé, tous tes soucis sont miens, ne garde plus le visage d’un vendredi saint sans Pâques.
Marie-Madeleine, Pierre et Jean de bon matin sont venus me voir au tombeau. C’est très gentil de leur part. Toi, je ne te demande pas de venir au tombeau. Mais je te rassure simplement que, quelle que soit ta situation, tu es précieux à mes yeux. Il y a seulement deux jours, Pierre m’a renié trois fois de suite. Aujourd’hui, il court pour venir à mon tombeau. Jean, tout jeune, ne connaissait encore rien… les autres disciples m’ont abandonné quand j’ai été arrêté, mais après la résurrection, ils sont revenus.
Il n’est jamais ni trop tôt, ni trop tard pour revenir à moi. Tu es peut-être à certains égards ou totalement très loin de moi, mais moi, je suis toujours près de toi. Tu penses peut-être rarement à moi, ou même jamais… tu es peut-être même révolté … mais moi, tu es toujours dans ma pensée. Alors, simplement, en ce jour où avec toi je remporte la victoire sur le mal, le péché et la mort, lève les yeux vers moi et reviens. Il y a si longtemps que je t’attends. Sois heureux et réjouis. Je suis ressuscité pour toi et avec toi.

Documents à télécharger