Homélie de la messe d’ouverture du Festival « Cap Fraternité » Enregistrer au format PDF

Église de Saint-Quay-Portrieux le 17 mars 2019 Homélie de Mgr Denis Moutel
Vendredi 22 mars 2019

À vous les enfants, mais aussi à toutes les grandes personnes, je voudrais essayer de témoigner de l’espérance. C’est la ligne de notre synode diocésain « Choisir l’espérance » mais aussi, tout au cœur de cette semaine qui s’ouvre, mettre le cap sur la fraternité.

Abraham, dans la Première Lecture, pourtant le père des croyants dont la foi fut exemplaire, s’interroge. Est-ce que Dieu est avec ma famille ? Puisque pour l’instant, il ne pouvait pas avoir d’enfants, de descendance. Dans l’Évangile que nous avons entendu en Saint-Luc, Pierre, Jacques et Jean, que Jésus emmène avec lui sur une petite montagne, s’interrogeaient aussi. Est-ce que nous avons eu raison de suivre Jésus ? Ce dernier semble partir vers Jérusalem, déjà il y a de la méchanceté qui monte contre lui.

Alors, nous aussi, qu’allons-nous devenir ? Et nous aussi, frères et sœurs. Aujourd’hui, nous pouvons être découragés, certains me le disent en raison, vous le savez bien, et je veux vous en parler … De ces révélations scandaleuses qui accablent, jour après jour, semaine après semaine, en raison d’abus, de pouvoir, d’abus spirituel, d’abus sexuel commis par des membres du Corps du Christ dont nous sommes, par des clercs. Nous ne nous trompons pas, même si cela nous fait beaucoup souffrir … Ne nous trompons pas de souffrance de victime. Les premières victimes sont celles qui ont eu à subir tout cela et qu’il nous absolument écouter et aider à construire leur vie. Épreuve de vérité, épreuve de confiance dans notre Église … Mais la vérité nous rendra libre.

Oui, certains me l’ont dit. Un diacre me confiait : « Mon fils me dit : ‘Mais papa, pourquoi tu es diacre catholique ? » Alors, revenons à Abraham qui a entendu la voix du Seigneur Dieu dans son cœur qui lui a dit : « Abraham, regarde le ciel et toutes ces étoiles ! Est-ce que vous avez déjà compté les étoiles du ciel un beau soir d’été ? Dieu lui dit : « Ta descendance, la fécondité de ta vie, sera plus nombreuse et plus grande que toutes les étoiles du ciel ». « Comment le saurai-je », lui demanda Abraham. Alors Il lui montre un signe, un signe un peu compliqué pour nous parce que c’est la reprise d’un rituel très ancien où l’on coupait des animaux en deux. Il y avait la part de Dieu et la part des Hommes. Cela veut dire que Dieu fait Alliance avec les Hommes. Parfois, on parlait de l’arc-en-ciel que l’on voit durant les giboulées du mois de mars. Dieu fait Alliance comme un arc qui unit le Ciel et la Terre.

Et puis, pour revenir au récit de Jésus avec les apôtres Pierre, Jacques et Jean qui s’inquiètent, qui ne savent pas … Voici que Jésus leur montre par avance l’espérance. Il leur suggère qu’ils peuvent entrer dans cette confiance, qu’ils peuvent Le suivre. Jésus les prépare doucement en leur montrant ce visage de Lumière, en laissant le Seigneur Dieu - cette Voix - parler au fond de leur cœur : « Celui-ci est mon Fils bien aimé, écoutez-Le ». Voilà qu’avec beaucoup de délicatesse, les apôtres reçoivent, comme par avance, la nouvelle de la Résurrection, la nouvelle de la victoire de la Lumière sur les Ténèbres, la lumière de la victoire du Bien sur le Mal, de la bonté sur toute méchanceté que nous pouvons parfois connaître.

Visage de lumière, son visage apparut tout autre, et c’est ce que vous faîtes déjà comme expérience. Je crois que c’est pour cela que vous demandez le baptême. Parce qu’à certains moments, il nous arrive de ressentir au fond du cœur un mouvement de bonté, un mouvement d’amour, de confiance qui nous fait comprendre que nous sommes capables de fraternité, que nous sommes capables de tendre la main à l’autre même s’il est différent, très différent de nous. Que nous sommes capables de nous faire proches de celui qui est à la peine, malade ou en difficulté. « Cap Fraternité », cap sur la Lumière, cap sur Jésus-Christ, Fils de Dieu que le Seigneur nous demande d’écouter et de suivre.

Accueillons ce mystère de Dieu dans ce temps du Carême. Il ne s’agit pas d’abord de vivre des privations spectaculaires mais de nous tourner vers la lumière, vers Jésus comme nous ne faisons quand nous sommes rassemblés à l’église, quand nous écoutons sa Parole, quand nous recevons l’Eucharistie. Laissons-nous renouveler par le Seigneur. Soyons heureux de vivre avec vous, chers jeunes, ce temps du Carême, de la vie avec le Christ, ce temps de notre baptême.

Amen.

+ Denis Moutel
Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Documents à télécharger