Homélie des vêpres de l’Assomption à Lantic le samedi 15 août 2020 Enregistrer au format PDF

Samedi 15 août 2020 - Pardon de Notre Dame de la Cour -
Mardi 18 août 2020

Homélie d’envoi - Pardon N.D. de la Cour 15 août 2020

Frères et sœurs,

Au terme de ce pardon, de ce pèlerinage à Notre Dame de la Cour en ce 15 août 2020, qui marquera nos esprits comme une année particulière et une année qui nous oblige à prendre un nouveau tournant pour vivre autrement, je voudrais vous inviter à retenir 3 choses pour notre vie à la suite du Christ.

1.En méditant durant cette procession mariale, Marie dans sa proximité avec toutes les générations, et toutes les personnes, nous sommes invités à continuer de prendre soin des uns des autres par des gestes responsables et des actes de proximité qui feront reculer cette épidémie et reculer la peur, l’angoisse, la solitude.

2.En méditant durant cette procession mariale, Marie dans son élan de confiance et d’espérance, nous sommes invités à garder confiance dans la vie. Les enfants, les jeunes ont besoin d’adultes qui leur témoignent de cette capacité à croire qu’un avenir est possible, qu’une chance de fraternité est à saisir au cœur de la crise sanitaire que nous traversons. Marie, même au cœur de la douleur et de la détresse, a gardé confiance en ce Dieu de la Vie et de l’Amour, qui lui a permis de déplacer des montagnes. Ici, à Lantic, la possibilité de maintenir ce pardon a été l’occasion de faire que toutes les composantes de la commune (M. Le Maire et la municipalité, les services de la commune, les commerçants, les forains, M. Bouillou qui a mis un champ à notre disposition pour la messe du matin, les différents bénévoles, les chrétiens du relais de Lantic et le bagad de Saint Ké) puissent se rapprocher, dialoguer et témoigner d’une unité pour une même cause : célébrer la fête de la Vie. Marie nous a permis de nous rassembler dans le respect de nos convictions et de nos différences ! Merci, Marie, comblée de grâce !

3.Enfin, en méditant durant la procession mariale, Marie dans sa proximité avec toutes les générations, je souhaite que nous puissions garder au fond de notre cœur « la joie et la confiance du vieillard Syméon » qui accueille Jésus dans ses bras, entouré de Marie et de Joseph et qui exprime sa foi en ce Dieu qui se fait proche de tous les êtres humains pour les conduire sur les routes de l’éternité, pour les tirer vers un horizon de Résurrection. Puissions-nous, nous endormir ce soir, le cœur en paix, en faisant relecture de ce pardon, et en priant avec les mots de Syméon : « Oui, Ô maitre souverain, tu peux laisser ton serviteur s’endormir en paix car mes yeux ont vu, aujourd’hui, le salut que tu préparais à tous les peuples ! » (Lc2)

Documents à télécharger