Homélie du 1er dimanche de Carême A - Pordic le 1er mars 2020 - Enregistrer au format PDF

Lundi 2 mars 2020

Chers amis,
Le mercredi dernier, par la célébration des cendres nous sommes entrés avec joie et sérénité dans le temps du Carême. C’est un cheminement de 40 jours vers Dieu qui n’a jamais cessé de nous aimer et de nous appeler à lui.
Les lectures de ce premier dimanche de Carême nous parlent unanimement des multiples formes de tentations que nous pouvons avoir sur ce chemin : le diable s’approche, tente et pousse à la désobéissance, sinon à la rivalité avec Dieu.
Je nous propose de revenir d’abord un peu sur les différents contextes de ces tentations, en relisant simplement les versets qui précèdent. Nous voyons que dans la première lecture, le livre de la genèse parle d’abord de la création de l’homme : « Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant », un procédé de création qui n’est pas commun à toutes les créatures. Le bon Dieu crée l’homme à son image et à sa ressemblance, nous dit la Genèse. Et c’est juste après que le tentateur vient et fait rapidement remarquer à Ève la pomme était quand même belle à regarder et qu’elle serait certainement très agréable au goût, et de plus, elle devait lui donner de connaître tout, d’être même comme Dieu … des paroles qui donne de l’eau à la bouche, comme on le dit !
Dans l’évangile, le passage précédent la tentation est celui du baptême de Jésus où tous ceux qui étaient au bord du Jourdain ce jour-là ont pu entendre de leurs oreilles cette voix forte qui disait de lui : « Celui-ci est mon Fils bien aimé en qui j’ai mis tout mon amour. Ecoutez-le. » Et c’est après ces paroles fortes que Jésus s’en va au désert, conduit par l’Esprit Saint, et que le diable s’emmène, comme à la genèse pour le tenter, avec des propos provocateurs : Si tu es vraiment le Fils de Dieu, ordonne aux pierres de devenir du pain, si tu es le Fils de Dieu, jette-toi du haut du temple … des défis qui ne coûteraient rien au Christ, lui à qui rien n’est impossible.
Chers amis, dans notre cheminement et surtout en ce temps de Carême, nous pouvons remarquer que, comme Ève dans la Genèse, et comme Jésus dans l’Évangile, nous sommes souvent en but à ces tentations, souvent avec des propositions aussi alléchantes :« Ah mais pourquoi tu vas à la messe tous les dimanches ? ce qui compte, c’est la foi … et puis tous ceux vont toujours à la messe ne sont pas toujours sympa ! Tu fais chapelet, adoration, chemin de croix … ah ça c’est spiritualité du XIXe siècle ça ! Tu te fatigues à jeûner ? tu vas dépérir, déjà toute ta vie de souffrance est un jeûne … Et l’aumône ! ah, toi, tu n’as rien … tu ne gagnes pas beaucoup … tu as une petite retraite … Il y a des richards, ils n’ont qu’à donner … et puis les associations ont plein d’argent … » autant de tentations – bien raisonnées d’ailleurs, mais dangereuses – auxquelles nous sommes confrontés, et où le choix n’est pas toujours évident à faire. Et c’est justement à ce carrefour que le bon Dieu attend notre réponse : celle d’Ève qui choisit de désobéir à Dieu en mordant dans la pomme, ou celle de Jésus qui résiste avec plus raisons : il a été dit : l’homme ne vit pas seulement de pain … il a été dit : tu ne mettras pas ton Dieu à l’épreuve …
Le Seigneur nous montre comment faire face à toutes les attaques du malin. Il nous invite à toujours nous référer, comme lui, à la Parole de Dieu, qui est Lumière et Vie. C’est avec lui que nous pouvons trouver le discernent, la force et le courage dans notre lutte contre le mal. _ N’oublions pas que le but de nos efforts de Carême c’est d’abord de nous approcher de Dieu. Avec lui, nous apprendrons à rejeter toutes ces publicités mensongères qui courent à travers le monde et tentent toujours de nous détourner de l’Évangile. Les Écritures nous ouvrent le cœur de Dieu. Leur méditation, leur compréhension et leur mise en pratique auprès de nos frères et sœurs nous rapprochent de Dieu.
Il n’y a pas longtemps, nous avons célébré le dimanche de la Parole de Dieu. Alors, n’ayons pas peur de reprendre notre Bible, de la lire, de la méditer, de la prier. Le Bon Dieu y a mis toutes les ressources pour que nous puissions nous en sortir dans les situations embarrassantes qui se posent à nous dans notre quotidien. Il nous faudra donc faire des efforts pour être plus prêt du bon Dieu, plus prêt de sa Parole et travailler à résister à la tentation des choix hâtifs attirants, des solutions simplistes. Gardons-nous de mordre à la première pomme, parce qu’elles ne sont pas toutes bio et qu’elles peuvent héberger des vers et mêmes des virus !
Puissions-nous, tout au long de ce Carême prendre courage d’aller au désert avec le Christ, pour avoir toujours faim du lui, seul Pain vivant, et de toute parole qui sort de sa bouche.

Documents à télécharger