Homélie du 2e dimanche de l’Avent - Année C Enregistrer au format PDF

Plérin - Dimanche en famille 09 décembre 2018 -
Mercredi 12 décembre 2018 — Dernier ajout mardi 11 décembre 2018

Avez-vous fait attention aux différents noms que Saint Luc évoquent au début de l’évangile ?

Il y a Tibère, l’empereur.
Il y a Ponce Pilate, le gouverneur.
Il y a Hérode, le roi et son frère Philippe.
Il y a Hanne et Caïphe, les grands prêtres.

Ces personnes sont des personnes importantes dans le pays de Palestine au moment où Jésus vivait. Elles vivent dans des palais pour certaines, dans le Temple pour les grands prêtres. Elles détiennent un pouvoir important sur le monde, sur une région, sur un peuple. Elles sont en sécurité dans leurs tours d’ivoire. Mais voilà, déjà dans cette introduction, Saint Luc, nous annonce que Dieu s’adresse à une personne toute simple, inconnue du grand public, qui ne participerait ni à « Qui veut gagner des millions ? », ni à « The Voice » et qui ne serait pas invitée au journal du 20 h.

C’est à Jean le Baptiste, un homme du peuple, un homme qui vit dans le désert, qui se nourrit de miel et sauterelles, et qui invite les gens à changer d’attitude, à habiller leur cœur de joie et de bonté, que Dieu s’adresse. Il le choisit pour nous préparer à accueillir la venue de Jésus dans nos vies. Jean le baptiste, par sa vie dans le désert, affronte les forces du mal et vit un certain dénuement. Pour accueillir Dieu dans nos vies, il faut apprendre chaque jour à nous désencombrer.

En effet, comme il y a 2000 ans, Jésus continue de venir dans nos vies d’aujourd’hui : dans votre vie d’enfant, dans votre vie d’ados et de jeunes, dans notre vie d’adulte. Mais quelle place, donnons-nous à Jésus, chaque jour ? Donnons-lui de notre temps pour le laisser nous rejoindre, le laisser venir demeurer dans notre vie ?
Alors, chers amis, durant ces 2 semaines qui nous séparent de la fête de Noël, voulez-vous avec moi, habiller votre cœur de joie, de simplicité, et poser des actes qui valorisent, qui font grandir, pour accueillir le soir de Noël, Jésus, « le pauvre parmi les pauvres » avec un cœur ouvert, disponible : l’accueillir comme le plus beau cadeau que Dieu nous fait, le cadeau de la Vie ?
Je sais que dans les écoles, les collèges, les lycées, des actions sont menées pour aider les autres, se tourner les autres. C’est bien. Je vous encourage à tous y participer. Car se soucier de l’autre, celui qui est près de moi chaque jour, comme celui qui est très loin de moi et que je ne connais pas, c’est aussi permettre à Jésus de venir dans nos vies, de venir les rejoindre dans leurs vies. Comme j’exprime mon soutien à tous ceux et celles qui s’investissent dans le Téléthon par des actions de solidarité pour faire avancer la recherche et reculer l’effet dévastateur des maladies.

Alors, oui, ensemble, dans un monde qui a peur et qui crie sa colère et son désespoir, participons à l’émergence d’un dialogue constructif pour que notre société puisse retrouver confiance en elle, que nous, les chrétiens, nous nous enveloppions du manteau de l’écoute, du dialogue et de la justice de Dieu, selon les mots du Prophète Baruc. Oui, ensemble, à la manière de Jean le Baptiste et de Marie, la maman de Jésus que nous fêtions hier, préparons notre cœur pour faire de Noël, un moment de bonheur, de joie et de partage. Que l’Esprit de Dieu nous anime et nous accompagne ! Que les 19 martyrs d’Algérie, béatifiés hier à Oran, intercèdent pour nous ! Amen.

Documents à télécharger