Homélie du 6e dimanche de Pâques - année A - Enregistrer au format PDF

Dimanche 17 mai 2020
Samedi 16 mai 2020

« Je prierai le Père. Il vous donnera l’Esprit de Vérité »

Dans un monde où les informations se bousculent les unes après les autres. Dans ce monde hyper technicisé, où il est possible de nous envahir de vraies comme de fausses informations, qu’est-ce que la Vérité, où s’exprime l’Esprit de Vérité ? Nous savons combien il est plus que jamais important de croiser les informations, de discerner le vrai du faux. Nous savons aussi combien l’épreuve de la vérité est une attitude d’humilité, de confiance, de respect de l’autre. Nos relations humaines peuvent s’envenimer si elles ne sont pas authentiques, basées sur une réelle confiance, un respect des charismes de chacun, une joie de s’enrichir. Alors, demandons-nous : Toute vérité est-elle toujours bonne à dire ?
L’expression de la vérité peut parfois conduire à vivre l’expérience d’une telle souffrance morale, qu’il est bon de se poser cette question. Toutefois, il ne s’agit pas tant de « dire la vérité » que d’« être vrai ». On voit alors combien la question de la vérité est une question qui doit se résoudre au sein d’une relation de confiance lorsque l’amour ou l’amitié sont le ciment de la rencontre entre deux êtres. Une confiance à retrouver lorsque celle-ci a été bafouée par l’être aimé. Ceci demande du temps, de la patience. Le temps qu’il faudra pour se reconstruire, pour pardonner et faire à nouveau le pari d’une confiance retrouvée. Au fil des années, par les petites trahisons, l’être humain n’a plus confiance, il apprend à faire confiance car cette dernière se donne à vivre. Malgré la douleur vécue, conscient qu’une relation ne peut exister sans la confiance, nous pouvons la retrouver en l’autre en reconnaissant qu’il a cherché à être vrai et qu’il s’engage à toujours l’être. En ce sens, « être vrai » permet à quelqu’un de dire ce qu’il vit afin de partager avec lui ce qu’il sait, même si c’est douloureux.
De cette manière, nous découvrons que la vérité ne consiste pas toujours à « dire la vérité » mais à laisser l’autre venir à sa vérité, à permettre à l’autre de retrouver sa seule et unique manière d’être vrai. Heureusement, dans la foi, sur ce chemin de vie, nous ne sommes pas seuls. L’Esprit de Dieu, l’Esprit de Vérité nous accompagne. Et comme le dit saint Jean ailleurs dans son évangile : « si vous demeurez dans ma parole, vous serez vraiment mes disciples, vous connaîtrez alors la vérité et la vérité fera de vous des êtres libres ». (Jn8, 31-32)
L’Esprit de Vérité inspire chacune et chacun d’entre nous pour que nous puissions « être vrais ». Etant vrais, nous pouvons alors faire l’expérience de cette liberté divine à laquelle nous sommes conviés. Cette inspiration divine dans l’Esprit vaut pour nous mais aussi pour les autres. L’Esprit de Dieu, l’Esprit de Vérité passe par nous également pour permettre à celles et ceux qui croisent notre chemin de devenir des êtres vrais. C’est ce chemin de vérité et de confiance que nous avons emprunté depuis notre plongeon dans le bain du baptême, où avec le Christ, nous sommes passés des ténèbres à la lumière, où avec le Christ nous sommes invités à venir jour après jour à la Lumière pour que toute notre vie, toutes nos paroles, tous nos gestes et toutes nos actions, soient reflets de l’Amour de Dieu, de cet Amour vrai et véritable. Même si nos itinéraires de vie sont sinueux, nous devons constamment chercher à tendre vers la vérité qui est l’expression de notre liberté intérieure et de l’exercice de notre responsabilité. Benoît XVI, dans son encyclique « L’amour dans la vérité », écrit notamment : « La vérité est une lumière qui donne sens et valeur à l’amour. (…) Dépourvu de vérité, l’amour bascule dans le sentimentalisme. L’amour devient une coque vide susceptible d’être arbitrairement remplie. (…) et d’ajouter « Un christianisme de charité sans vérité peut facilement être confondu avec un réservoir de bons sentiments, utiles pour la coexistence sociale, mais n’ayant qu’une incidence marginale. » (L’amour dans la Vérité n° 3 et n°4, 29 juin 2009)

D’une certaine manière, dans l’Esprit, nous pouvons être des « dévoileurs » de vérité pour les autres. « Dévoileurs » de vérité, telle est notre vocation humaine et divine.
Un peu comme si Dieu attend de chacune et chacun de nous, là où nous sommes, que nous fassions éclore la vérité, cette vérité qui nous rend libre car nous savons que c’est par elle que nous pourrons vivre de la Parole vivante de son Fils Jésus, qui ne se réalise que dans l’amour du Père.

En ce dimanche où dans notre diocèse nous honorons St Yves, prêtre, avocat et juge, nous pouvons trouver en lui, un disciple du Christ qui s’est montré par toute sa vie, un chercheur de vérité, un semeur de vérité, un « accomplisseur » de la vérité, par sa défense des petits et des pauvres, mettant en œuvre la béatitude du Christ : « Heureux vous les pauvres, le Royaume des cieux est à vous ! » (Mt5)
A l’intercession de St Yves et à son exemple, demandons au Seigneur de nous animer de son Esprit pour que nous puissions témoigner, dans un monde bouleversé, meurtri, de ton amour infini pour tout être humain, par nos œuvres de bonté, de solidarité, de charité.
Amen.