Homélie du Mercredi des Cendres Enregistrer au format PDF

Pordic 6 mars 2019
Vendredi 8 mars 2019

Chers amis,

En ce temps de grâce qui s’ouvre à nous par cette liturgie des cendres, je voudrais nous laisser éclairer, voire interpeller par les textes bibliques qui viennent de nous être lus. Cette célébration du mercredi des cendres doit être reçue par nous comme la feuille de route de ces quarante jours que nous voulons passer avec le Christ dans un esprit de conversion profonde, sincère et concrète. Saint Paul nous a rappelés dans sa lettre aux Corinthiens que nous sommes les ambassadeurs du Christ, et comme tels, nous devons travailler sans cesse être effectivement à la hauteur de cette mission de témoins du Christ. et ce temps de Carême, c’est le moment favorable où tous, nous sommes invités à changer ce qui ne va pas dans notre vie. Le prophète Joël dans la première lecture appelle tout le monde à ce mouvement de conversion : il parle des anciens, des jeunes mariés, des jeunes, des enfants et même des nourrissons.
Et tous, qui que nous soyons, nous sommes appelés à améliorer la qualité de notre vie humaine et surtout de notre vie de chrétien.
Traditionnellement, entre autres, il nous est proposé de manière fondamentale l’application de trois exercices fondamentaux en ce temps de Carême. Et nous l’avons encore entendu dans l’Evangile le Christ nous parler du jeûne, de la prière et de l’aumône.
Le Pape François, dans son message pour le Carême 2019 nous livre un très beau message sur ces trois exercices :
« Le jeûne consiste à « changer d’attitude à l’égard des autres et des créatures : de la tentation de tout “dévorer” pour assouvir notre cupidité, à la capacité de souffrir par amour, laquelle est capable de combler le vide de notre cœur ».
La prière permet « de savoir renoncer à l’idolâtrie et à l’autosuffisance de notre moi, et reconnaître qu’on a besoin du Seigneur et de sa miséricorde ».
L’aumône est un moyen de « se libérer de la sottise de vivre en accumulant toute chose pour soi dans l’illusion de s’assurer un avenir qui ne nous appartient pas. Il s’agit ainsi de retrouver la joie du dessein de Dieu sur la création et sur notre cœur, celui de L’aimer, d’aimer nos frères et le monde entier, et de trouver dans cet amour le vrai bonheur ».
Et le saint Père finit son message en nous exhortant à ne pas laisser passer sans effet, ce temps favorable, ce moment de salut que Dieu nous donne, pour refaire notre relation avec lui, avec les autres et avec nous-mêmes.

Documents à télécharger