Homélie pour les obsèques d’Yves Le Faucheur - Maire Honoraire Enregistrer au format PDF

Plérin - Vendredi 18 janvier 2019
Vendredi 18 janvier 2019

Évangile selon St Jean 15 : Aimer c’est donner sa vie

Frères et sœurs, Chers amis,

Nous sommes réunis nombreux cet après-midi dans cette église St Pierre de Plérin pour rendre un dernier hommage à Yves Le Faucheur.
Nous venons d’entendre un extrait de l’évangile selon Saint Jean. L’évangile se veut une bonne nouvelle, y compris dans notre peine et notre chagrin, pour tenter d’écouter Dieu nous délivrer une parole de confiance, d’espérance, pour relire la vie de la personne qui nous quitte et nous dire, en quoi, cette vie, bien remplie, est pour nous, l’expression de l’accomplissement de l’œuvre de Dieu dans notre histoire humaine.
Dans l’extrait d’évangile, Jésus s’apprête à vivre la douloureuse épreuve de la mort en avançant librement vers le supplice de la croix. Au cours du dernier repas qu’il partage avec ses proches, avec ses amis, il leur livre son testament : «  Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » Jn15

Ce message est le résumé de toute sa vie : une vie reçue, une vie donnée, une vie d’abandon, une vie de décentrement, une vie d’engagement, une vie greffée sur celle de Dieu, son Père, une vie d’espérance animée du souffle de l’Esprit.

Nous sommes tous invités à faire de notre vie un cadeau d’amour, un poème qui chante la beauté, un engagement au service du plus grand nombre, un itinéraire spirituel.

Le cœur de l’évangile et donc, du message chrétien, est d’aimer. Mais il ne s’agit pas d’aimer de façon naïve et uniquement d’un point de vue sentimental. Si nous nous en tenons à cela, nous ne pouvons adopter qu’une attitude quelque peu artificielle. L’amour, dont nous parle Jésus, est à comprendre, dans la logique de l’esprit de charité : autrement dit, il s’agit d’aimer d’un amour de respect.
Cet amour de respect s’exprime et se vit dans les relations que nous tissons tout au long de notre vie. Et, bien souvent, nous ne choisissons pas nos interlocuteurs.

Ainsi, la vie d’Yves Le Faucheur s’est constituée par différentes relations nouées tout au long de son existence.

Les relations vécues en famille, avec ses parents, puis, dans le mariage avec son épouse Michèle, avec vous, ses fils, Laurent, Jean-François et Michel. Yves s’est montré, pour vous, un papa attentif et soucieux de votre éducation et de votre devenir ; les relations aussi d’un grand-père envers vous, ses petits enfants : Liz-Marie, François-Alexandre, Clothilde.
Les relations de travail avec les différents collègues et avec les jeunes. Je pense ici à sa responsabilité au sein du CFA du Bâtiment, devenu l’Université des Métiers et de l’Artisanat. En mettant ses compétences au service des jeunes, et de ces jeunes professionnels, en apprentissage d’un métier, il contribuait à valoriser la noblesse du métier manuel, qui, a bien des égards, peut révéler des talents, voire même des artistes car, comme l’écrivait Pascal Pellan dans un point de vue de février 2018 (Ouest-France) : « Tout le monde n’apprend pas de la même façon et à la même vitesse et un système éducatif se grandit lorsqu’il fait en sorte que ce ne sont pas les élèves qui s’adaptent aux méthodes pédagogiques mais l’inverse. »

Les relations amicales notamment celles tissées au sein des associations patriotiques d’anciens combattants, honorant par là, la mémoire de toutes les victimes des guerres et de la barbarie et entretenant la mémoire pour la transmettre aux jeunes générations ; celles aussi de proximité avec les gens de la mer.

Mais Yves était aussi un homme d’engagement. Maire de Plérin pendant 19 années, il a présidé aux destinées de cette commune et à contribuer à l’essor de la commune et de l’agglomération. Or, nous savons l’importance, dans notre système démocratique, des élus de proximité qui, chaque jour, parce qu’au contact de leurs concitoyens, entendent battre le pouls de la vie sociale, éducative, économique, culturelle, politique. Mais aussi, parce qu’ils sont, avec leur conseils municipaux, des personnes qui se doivent d’aider la population à se projeter dans l’avenir ; à penser et organiser cet avenir.
Le pape François dans son message de paix du 1er janvier dernier écrivait notamment : « La fonction et la responsabilité politique constituent un défi permanent pour tous ceux qui reçoivent le mandat de servir leur pays, de protéger les habitants et de travailler pour asseoir les conditions d’un avenir digne et juste. Accomplie dans le respect fondamental de la vie, de la liberté et de la dignité des personnes, la politique peut devenir vraiment une forme éminente de charité. » N°2
Oui, l’engagement politique vécu dans le souci permanent de l’intérêt collectif, le dialogue respectueux, constructif et la recherche de la vérité est une forme d’exercice de la charité : une charité en actes, où il s’agit « d’aimer son prochain comme soi-même » (Lc10)
En effet, être le premier magistrat de la cité c’est donner beaucoup de soi-même pour les autres mais c’est aussi être celui qui représente sa ville, ses citoyens, dans tous les actes et les gestes de la vie publique. Ainsi, par son engagement, par sa facilité d’entrer en relations, par son souci du bien commun, Yves s’est montré un serviteur, non un esclave, mais une personne dévouée à la chose publique mettant ses compétences et ses charismes au service de l’ensemble, pour faire progresser le devenir d’une commune, pour continuer de créer du lien entre toutes les catégories sociales d’un même territoire.

Frères et sœurs, chers amis, C’est avec toute cette vie donnée, pour sa famille, pour ses amis, pour la ville de Plérin, et aussi avec tout son sens de l’engagement qu’Yves fait aujourd’hui son entrée dans le Royaume de Dieu. La vie est passage. Le Christ l’invite aujourd’hui à faire l’ultime traversée qui le conduit de ce port du Légué au port de l’éternité. Prions pour lui. Prions pour vous ses proches affectés par son départ brutal. Prions pour toutes les personnes qui s’engagent au service de chaque être humain, notamment des plus fragiles. Prions pour nous tous. Que par Saint Yves, Patron de la Bretagne, notre prière soit confiée au Christ, lui « le serviteur des serviteurs ». Amen.

Yves Le Faucheur était une figure politique locale. Il avait élu maire de Plérin en 1989 et jusqu’en 2008, il avait tenu la barre de la commune. Il est décédé dimanche 13 janvier 2019.

Documents à télécharger