Humblement dans le silence de mon cœur Enregistrer au format PDF

Mardi 7 avril 2020

Écoute de la Parole de Dieu

Je lis un texte de la Parole de Dieu pour laisser le regard de Dieu pénétrer jusqu’au cœur de ma vie ; 1Jn 1, 5-10 :

Tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière ; en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous.

Examen de conscience

A la lumière de l’amour de Dieu pour nous et de son appel à aimer comme lui, je relève les fautes présentes dans ma vie, les infidélités à l’amour du Seigneur (dans la relation à Dieu, aux autres et à moi-même).

Au début ou à la fin de ce temps, je peux dire le Je confesse à Dieu.

Si je suis en situation de rupture avec Dieu, par une faute grave, je demande à Dieu la force d’aller me confesser lorsque cela sera possible.

Si j’ai porté un tort à quelqu’un ou si j’ai offensé quelqu’un, je m’interroge : comment puis-je réparer ce tort ? Puis-je dès maintenant lui demander pardon, lui envoyer un signe d’amour et de tendresse ? Déjà, je prie pour lui : « Donne-lui Seigneur l’amour que je lui ai refusé ».

Voir en ligne : En route vers Pâques, engager une démarche de contrition du cœur