L’Évangile du Jeudi 21 mai 2020 Enregistrer au format PDF

Ascension du Seigneur, solennité
Mercredi 20 mai 2020 — Dernier ajout jeudi 21 mai 2020

Ascension du Seigneur - Ac 1,1-11 /Ps 47(46),2-3.6-9 /Ep 1,17-23 /Mt 28,16-20
Le sens de l’ascension de Jésus, c’est le retour vers son Père après l’accomplissement de son œuvre rédemptrice. Pour nous, c’est un événement capital car Jésus -en sa personne- introduit l’humanité au sein de la Trinité. Dès ce moment, il n’est plus visible parce qu’il a cessé de nous être extérieur. Absent à notre vue, le Christ nous demeure présent par son Esprit. Sa présence commencée avec l’incarnation se prolongera jusqu’à la fin des temps à travers la mission. Dans le récit de l’apparition du christ aux Onze, tout est centré sur l’envoi en mission des disciples et sur le contenu de cette mission. « Allez donc ! » Jésus appelle ses disciples à écrire eux-mêmes la suite de l’histoire. Il s’est impliqué personnellement : il a soutenu et guéri les malades, il a écouté les gens en détresse, il a partagé avec les plus pauvres, il a prôné la justice et la paix. Nous aussi nous pouvons faire de-même.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 28,16-20

En ce temps-là, les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

L’Ascension du Christ au ciel [1]

L’Ascension du Christ fut conforme à la raison (…) pour trois motifs : premièrement, le ciel lui était dû à cause de sa nature. Car il est conforme à la nature que chaque être retourne là d’où il tire son origine. Or le Christ tire son origine de Dieu, qui est au-dessus de tout. Jésus dit en effet à ses Apôtres (Jn 16, 28) : « Je suis sorti du Père et je suis venu au monde : maintenant je quitte le monde et je vais au Père. » (…) Les saints aussi montent au ciel, cependant ils n’y montent pas de la même manière que le Christ ; le Christ en effet s’est élevé aux cieux de sa propre puissance, mais les saints s’y élèvent comme entraînés par le Christ. Aussi lui disons-nous avec l’épouse du Cantique (1, 3) : « Seigneur, entraîne-nous à ta suite. » On peut dire également que personne ne monte au ciel si ce n’est le Christ. Le Christ en effet est la Tête de l’Église, et les saints ne montent au ciel que parce qu’ils sont ses membres.

Deuxièmement, le ciel était dû au Christ Jésus en raison de sa victoire. Le Christ en effet fut envoyé dans le monde pour lutter contre le diable, et il sortit victorieux du combat : « Moi, j’ai été vainqueur, dit Jésus (Ap 3,21), et je suis allé siéger avec mon Père sur le trône. »

Enfin, le Christ méritait d’être au ciel à cause de son humilité. En effet, aucune humilité n’est aussi grande que celle du Christ, car alors qu’il était Dieu, il voulut devenir homme ; alors qu’il était Seigneur, il voulut prendre la condition de l’esclave, se rendant obéissant jusqu’à la mort (cf. Ph 2,7) et il descendit jusqu’en enfer : aussi mérita-t-il d’être exalté jusqu’au ciel, au trône de Dieu. L’humilité en effet est la voie qui conduit à l’exaltation. « Celui qui s’abaisse, dit le Seigneur, (Lc 14, 11) sera élevé, et saint Paul écrit aux Éphésiens (4, 10) : « Celui qui est descendu, c’est le même qui est aussi monté par-delà tous les cieux.

Illustration : à l’écoute des Évangiles

Jardinier de Dieu