L’Evangile du dimanche 11 mars 2018 Enregistrer au format PDF

Quatrième dimanche de carême
Samedi 10 mars 2018 — Dernier ajout lundi 7 mai 2018

Quatrième dimanche de carême – 2 Ch 36, 14-16 ; Ep 2, 4-10. Jn 3, 14-21, Il faut que le fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne, par lui la vie éternelle. Jésus reprend à son compte le symbole du serpent de bronze présenté par Moïse pour le salut de son peuple ; Au temps de Moïse, seul le peuple de l’Alliance était concerné ; ici, c’est tout homme, c’est le monde entier qui est appelé à croire pour vivre de la vie de Dieu : De plus, il ne s’agit plus d’une guérison physique, mais du don de la vie par Jésus, élevé sur la croix. « Ce salut ne vient pas de vous, il est un don de Dieu …c’est par grâce que vous êtes sauvés et par le moyen de la foi. Un cadeau que nous sommes libres de recevoir ou non. Le verbe croire est répété plusieurs fois dans le texte de Saint Jean : En effet, croire, n’est-ce pas lever les yeux vers le Christ mort et ressuscité c’est-à-dire s’ouvrir au don de Dieu, choisir au cœur du quotidien, de se tourner vers la lumière, vers celui qui est chemin, vérité et vie ? Qu’en ce temps de carême, il nous en donne le désir et la force !

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3,14-21

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. » Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Préparons dimanche

Voir en ligne : Dimanche dans la ville