L’Évangile du dimanche 13 janvier 2019

Samedi 12 janvier 2019 — Dernier ajout jeudi 10 janvier 2019

Du baptême du Christ à notre baptême

Baptême du Seigneur - Is 40,1-5.9-11 / Ps 104(103),1c-3a.3bc-4.24-25.27-28.29-30 / Tite 2,11-14.3,4-7 / Lc 3,15-16.21-22.

A Noël, Jésus est manifesté comme Sauveur auprès des bergers. A l’Épiphanie, il est révélé à tout humain via les mages. Aujourd’hui, le cycle de Noël s’achève par la fête du Baptême du Seigneur. La scène inaugure la vie publique de Jésus et Luc nous le montre dans ses deux dimensions : pleinement homme et pleinement Dieu. Jésus se fait baptiser par Jean parce qu’il fait partie et se rend solidaire de l’humanité. Il reçoit aussi la reconnaissance du Père et de l’Esprit.
Jean-Baptiste précise la différence entre son baptême dans l’eau -rite d’immersion signifiant un engagement à se convertir- et le baptême de Jésus dans l’Esprit Saint, source d’une vie nouvelle. La Nativité, l’Épiphanie, puis le baptême de Jésus, concrétisent la promesse de Dieu à son peuple. Le baptiste annonçait un monde nouveau ; Jésus réalise ce monde. Comme le baptême de Jésus, notre baptême est un acte inaugural : il nous appelle à vivre selon l’Évangile, dans la foi, l’espérance et la charité.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 3,15-16.21-22

En ce temps-là, le peuple venu auprès de Jean le Baptiste était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.
Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. »
Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit.
L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus, et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville