L’Evangile du dimanche 16 décembre 2018 Enregistrer au format PDF

3e dimanche de l’Avent
Samedi 15 décembre 2018 — Dernier ajout mardi 18 décembre 2018

« Par ces exhortations et bien d’autres encore, Jean annonçait au peuple la Bonne Nouvelle »

3è dimanche de l’Avent - Soph. 3,14-18a. / Is 12,2-3.4-6. / Philip. 4,4-7. / Lc 3,10-18. La joie culmine dans les textes de ce dimanche. Jean nous fait avancer sur notre chemin de conversion. Il annonce à tous le Salut ainsi que ses exigences, qui portent sur le comportement social. Au désert, il accueille un public varié, dont les publicains -liés à Rome- méprisés des juifs. Luc veut sans doute montrer ainsi le caractère universel de l’appel à la conversion. À chacun, Jean répond de manière personnalisée en se centrant sur une éthique universelle du vivre ensemble : vivre le partage des biens, être honnête, exercer la justice sans faire violence à quiconque. Le baptême qu’il dispense invite à une conversion à ces valeurs qui construisent une humanité meilleure. Le Baptiste est ainsi offert en modèle aux catéchètes, aux accompagnateurs spirituels, aux disciples missionnaires que nous sommes.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 3,10-18

En ce temps-là, les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? »
Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! »
Des publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) vinrent aussi pour être baptisés ; ils lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? »
Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »
Des soldats lui demandèrent à leur tour : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ; et contentez-vous de votre solde. »
Or le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Christ.
Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus fort que moi. Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu.
Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas. »
Par beaucoup d’autres exhortations encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville