L’Évangile du dimanche 17 février 2019 Enregistrer au format PDF

Samedi 16 février 2019 — Dernier ajout samedi 2 mars 2019

[« Heureux vous les pauvres ; le Royaume de Dieu est à vous »->

6è dimanche du T.O. - Jr 17,5-8 / Ps 1,1-2.3.4.6 / 1 Co 15,12.16-20 / Lc 6,17.20-26

Luc et Jérémie proposent un même choix de vie : placer sa confiance dans sa propre force humaine et chercher son intérêt, ou bien placer sa confiance en Dieu qui renvoie au souci du prochain. Les conséquences diffèrent d’un choix à l’autre. De nos jours, le bonheur est lié au toujours plus et semble davantage tourné vers la notion de l’avoir plutôt que celle de l’être. Cette logique nous détourne de la vraie recherche du bonheur.

Les béatitudes sont un message de combat intérieur pour ce bonheur, et St Paul nous encourage : ce qui l’a transformé -et doit nous transformer- c’est sa rencontre puis sa foi en Jésus ressuscité. Les béatitudes visent le cœur. Celui qui n’attend plus rien de Dieu -parce qu’il a placé sa confiance dans une sécurité matérielle- ouvre en lui-même comme un puits sans fond. La faim d’une vie authentique, ouverte, généreuse, le poursuit. Malheureux sommes-nous aussi si nous choisissons l’égoïsme car nous nous retrouverons seul, sans horizon ni amitié, quand l’épreuve nous visitera. Heureux vous les pauvres, car votre richesse est ce règne de l’amour partagé qui s’accomplit en vous et révèle les dons de Dieu.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 6,17.20-26

Jésus descendit de la montagne avec eux et s’arrêta sur un terrain plat. Il y avait là un grand nombre de ses disciples et une grande multitude de gens venus de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon.
Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara : « Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous.
Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez.
Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme.
Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes.
Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation !
Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez !
Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville