L’Evangile du dimanche 18 mars 2018 Enregistrer au format PDF

Cinquième dimanche de carême
Samedi 17 mars 2018 — Dernier ajout lundi 19 mars 2018

Cinquième dimanche de carême - Jr 31, 31-34 ; He 5, 7-9 ; Jn 12, 20-33. Le texte d’évangile selon Jean, que nous entendons aujourd’hui, nous raconte que des Grecs veulent « voir Jésus », c’est-à-dire le rencontrer. Ce sont des étrangers ; à travers eux, l’évangéliste nous invite à voir l’ouverture universelle de l’évangile. C’est l’occasion pour Jésus de dire ce qui le fait poursuivre sa route : « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt… » Il signifie par là à ses disciples, et à ceux qui veulent le voir, qu’une vie toute donnée par amour portera beaucoup de fruit. De la mort surgit la vie. Ses sentiments ? De l’angoisse devant ce qui l’attend et aussi de la confiance envers son Père. l’Heure est venue pour lui, d’être élevé sur la croix, élevé par Dieu, « glorifié ». L’Heure est venue où s’accomplit pleinement l’alliance entre Dieu et les hommes, cette alliance qu’annonçait Jérémie et que Dieu inscrit au fond des cœurs : « je mettrai ma loi au plus profond d’eux-mêmes….je serai leur Dieu et eux seront mon peuple ». Dans sa réponse, Jésus dit encore que là où il est, là sera son serviteur. « Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ! » Pas d’alternative. Donner sa vie engage : individuellement et solidairement avec les frères humains.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 12,20-33

En ce temps-là, il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque. Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. » Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre. D’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous. Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

Illustration : Jardinier de Dieu

Préparons dimanche