L’Évangile du dimanche 21 avril 2019 Enregistrer au format PDF

Samedi 20 avril 2019

Jour de la résurrection, jour de notre joie

Messe du jour de Pâques - Ac 10,34a.37-43 / Ps 118(117),1.2.16-17.22-23 / Col 3,1-4 / Jn 20,1-9.
« Il vit et il crut ». Mais qu’a donc vu le disciple aimé de Jésus ? Dans le tombeau vide, les linges pliés sont pour lui le signe non pas d’une absence mais d’une présence. Alors que Pierre (l’autorité) a besoin de temps pour dépasser son doute, l’amour et l’intimité avec Jésus ouvrent instantanément les yeux de la foi de l’autre disciple.
Le matin de Pâques est un 1er jour d’une nouvelle semaine de création. Les yeux de la foi donnent au croyant la capacité de Vivre comme s’il voyait l’invisible. Il s’agit de passer du constat d’un tombeau vide (vision extérieure) à la foi en la Résurrection du Christ (vision intérieure). C’est "croire sans voir". Durant le Carême, nous avons désencombré nos vies de ce qui est sec et mort pour nous laisser revivifier lors du passage de Pâques (…à une vie nouvelle). Avec Pâques nous savons que rien ne peut empêcher la vie, que rien ne peut nous défaire de cette conviction : en Jésus ressuscité, Dieu se révèle à nous comme celui qui nous fait vivre. A nous alors d’attester devant les hommes que l’échec est surmontable : rebondir pour vivre.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,1-9

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville