L’Évangile du dimanche 21 juin 2020 Enregistrer au format PDF

Samedi 20 juin 2020 — Dernier ajout lundi 22 juin 2020

Frère Thomas-Marie Gillet - Couvent Saint Thomas d’Aquin à Lille
Qu’est-ce qu’un ambon ? Pourquoi a-t-il une place importante dans la liturgie ? Le frère Thomas-Marie nous explique comment avec l’ambon la Parole de Dieu est au cœur de la vie sacramentelle.

12è dimanche du temps ordinaire - Jr 20,10-13 /Ps 69(68),8.10.14.30-31.33-34 /Rm 5,12-15 /Mt 10,26-33
Jérémie se tourne vers Dieu dans une prière de confiance. Sa fidélité à la mission a fait de lui le pauvre, haï de tous, avec Dieu seul comme appui. Matthieu montre Jésus envoyant les Douze pour guérir les malades et chasser les démons. Imaginons la scène aujourd’hui : la pandémie et ses effets, les conflits meurtriers, l’aveuglement des hommes face aux désastres écologiques, nous font craindre le pire pour l’avenir de l’humanité. Jésus incite à la confiance. Ne cédons pas à la peur car rien n’échappe au Père qui protège ses missionnaires. Ce qui serait à craindre c’est la mort spirituelle et rompre le lien avec Dieu. Ainsi, Paul nous rappelle cette erreur fatale d’Adam. Ce qui a permis à la puissance du mal de corrompre l’humanité. Aujourd’hui, le péché originel reste, mais celui de l’homme est le fait qu’il choisisse de refuser la communion avec Dieu. Cela dit, la grâce de Dieu poursuit son action salutaire au sein de toutes les générations humaines ; nombreux sont les croyants qui n’ont pas hésité à s’investir (cf. actualité), parfois au péril de leur vie, pour vivre les valeurs reçues de Dieu.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 10,26-33

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Ne craignez pas les hommes ; rien n’est voilé qui ne sera dévoilé, rien n’est caché qui ne sera connu.
Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en pleine lumière ; ce que vous entendez au creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits.
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps sans pouvoir tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr dans la géhenne l’âme aussi bien que le corps.
Deux moineaux ne sont-ils pas vendus pour un sou ? Or, pas un seul ne tombe à terre sans que votre Père le veuille.
Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés.
Soyez donc sans crainte : vous valez bien plus qu’une multitude de moineaux.
Quiconque se déclarera pour moi devant les hommes, moi aussi je me déclarerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux.
Mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est aux cieux. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la Ville