L’Évangile du dimanche 22 novembre 2020 Enregistrer au format PDF

Samedi 21 novembre 2020 — Dernier ajout lundi 23 novembre 2020

Fête du Christ-Roi de l’univers - Ez 34,11-12.15-17 /Ps 23(22),1-2abc.3-6 /1 Co 15,20-26.28 /Mt 25,31-46
Ézéquiel a repris l’image antique des bergers pour qualifier les rois du peuple d’Israël. Cette image du berger dit la préoccupation de Dieu pour les faibles et les exclus, ceux et celles que les puissants ont maltraités, rejetés, marginalisés. Nous fêtons aujourd’hui le « Christ-Roi de l’univers ». La royauté de Jésus s’est manifestée dans le service du plus faible, qui est témoin de la fragilité de la vie. La description symbolique du jour du jugement dernier montre que ce jour se prépare au quotidien. « Cette scène eschatologique doit toujours être appliquée à l’histoire de l’homme ; elle doit toujours être prise comme ‘mesure’ des actes humains, comme un schéma essentiel d’examen de conscience pour chacun et pour tous. » (JP II). Chacun à notre mesure, nous pouvons faire ces gestes élémentaires de miséricorde qui touchent l’être humain dans son corps ou son esprit : nourrir l’affamé, désaltérer l’assoiffé, accueillir l’étranger, veiller le malade, visiter celui qui est en prison (physiquement ou psychologiquement).

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde.
Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !”
Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?”
Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.”
Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges.
Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.”
Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?”
Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.”
Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Que ton règne vienne !
Le Verbe est Roi, Roi du ciel et de la terre. Le Verbe vit et règne, en Dieu. Le Christ ne vit que là où il règne ; il est essentiellement Roi ; il vit en nous dans le degré où il domine tout en nous, où il règne sur nos facultés, où il commande à notre activité.

Quand en nous tout vient de lui, c’est-à-dire quand nous ne pensons plus que comme lui, quand nous ne voulons plus que ce qu’il veut, quand nous n’agissons que selon son bon plaisir, nous soumettons tout nous-même à ses pieds, alors il règne en nous. Tout ce qui est propre, personnel en nous, disparaît pour faire place aux pensées, aux vouloirs du Verbe divin. Il faut que cette domination du Christ en nous soit complète. Cent fois le jour, nous le demandons : « Que votre règne vienne ! » Oh ! Qu’il advienne, Seigneur, ce jour où vous régnerez entièrement en moi ; où aucun mobile propre ne gênera votre pouvoir en moi, où je serai comme vous, entièrement livré au Père, où aucune inspiration propre ne contristera en moi l’action de votre Esprit !

Ce jour-là, nous aurons déposé autant qu’il est en nous, nous aurons abaissé de notre mieux notre personnalité propre devant le règne du Christ. Il sera vraiment pour nous tout en toutes choses (cf. 1 Co 15,28). Moralement, nous n’aurons plus rien de propre, tout lui appartiendra, tout lui sera soumis, tout lui sera donné.
Source l’Évangile au quotidien

Illustration : Jardinier de Dieu

Illustration :à l’écoute des évangiles

Voir en ligne : Dimanche dans la Ville