L’Évangile du dimanche 23 février 2020 Enregistrer au format PDF

Samedi 22 février 2020 — Dernier ajout lundi 24 février 2020

7è dimanche du T.O. - Lv 19,1-2.17-18 /Ps 103(102),1-2.3-4.8.10.12-13/1 Co 3,16-23 /Mt 5,38-48.

Moïse rappelle aux Lévites que Dieu les a choisis parmi les nations pour révéler sa Bonne Nouvelle au monde. Cet appel à la sainteté engage à ceci : pas de haine, pas de vengeance ni de rancune. Concrètement : Commence par aimer ton prochain. Quel défi ! Or Jésus, dans l’évangile, nous invite à franchir une étape supérieure : aimer également nos ennemis. Jésus nous apprend que la loi de l’amour doit triompher sur la loi de la réciprocité. L’amour fondé sur un échange demeure un amour sous condition, spontanément humain. Il n’est pas encore à l’image de Dieu. À une morale de la juste proportion, Jésus substitue la morale de la douceur volontaire. Il pousse le commandement de l’amour jusqu’au déraisonnable : Si quelqu’un te gifle… Tendre l’autre joue signifierait montrer une autre face, adopter une autre stratégie. Exclure l’acte de vengeance ne suffit pas ; il faut rejeter toute pensée de haine ou de rancune contre son frère. Prier pour le persécuteur dans cette perspective est une forme d’amour ouverte sur l’espérance d’un changement, ce qui laisse à Dieu seul le soin de juger l’autre.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 5,38-48

En ce temps- là, Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Œil pour œil, et dent pour dent’.
Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre.
Et si quelqu’un veut te poursuivre en justice et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.
Et si quelqu’un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui.
À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos ! »
Vous avez appris qu’il a été dit : ‘Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.’
Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Retraite dans la ville