L’Évangile du dimanche 24 mai 2020 Enregistrer au format PDF

Septième dimanche de Pâques
Samedi 23 mai 2020 — Dernier ajout lundi 25 mai 2020

7è dimanche de Pâques - Ac 1,12-14 /Ps 27(26),1.4.7-8a /1 P 4,13-16 /Jn 17,1b-11a
St Jean nous propose ce dimanche un passage de la dernière partie du discours d’adieu de Jésus : sa prière sacerdotale. Cette prière exprime le sens qu’Il donne à sa mort prochaine : Il retourne vers son Père en faisant librement et dans l’amour le don total de sa vie. En plaçant cette lecture entre l’Ascension et l’envoi de l’Esprit, la liturgie nous donne à entendre que la prière de Jésus appelle l’Esprit sur les disciples afin qu’ils soient de solides témoins du Fils en qui ils ont reconnu l’amour du Père.
Dans notre monde, la gloire est liée aux salaires arrogants, aux chiffres d’affaires fabuleux, aux foules qui se bousculent pour accéder aux nouvelles idoles. Jésus propose un véritable renversement : la gloire c’est de connaître le Père et de voir ses œuvres. C’est voir la bonté et la beauté se répandre, la compassion envahir nos relations. De nos jours, c’est voir toutes ces personnes engagées à fond pour lutter contre le fléau mondial qui détruit des vies humaines. Dans sa prière, Jésus demande deux choses essentielles : l’unité et le bon témoignage. Chaque jour actuel nous permet de répondre à son appel.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 17,1b-11a

En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie.
Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.
Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.
Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe.
J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole.
Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé.
Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi.
Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux.
Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la Ville