L’Évangile du dimanche 26 mai 2019 Enregistrer au format PDF

Samedi 25 mai 2019 — Dernier ajout lundi 3 juin 2019

« Le Défenseur, l’Esprit Saint…, vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit »

6e dimanche de Pâques - Ac 15,1-2.22-29 /Ps 67(66), 2-3.3.5.7-8 /Ap 21,10-14.22-23 / Jn 14,23-29.

Dès l’origine, l’Eglise a connu des tensions entre les partisans de la tradition et ceux qui voulaient ouvrir la Bonne Nouvelle aux « périphéries ». Devait-on ou non imposer aux païens convertis à la foi chrétienne les obligations légales et rituelles du judaïsme ? Une lettre officielle fut donc rédigée, fixant les exigences pour le bien vivre ensemble entre chrétiens d’origine juive et les convertis par la Parole de Dieu. Le respect de règles morales et alimentaires fut exigé, assorti d’une mise en garde contre l’immoralité.
Jésus tablait sur le pari de Sa présence au cœur de l’homme. « Si quelqu’un m’aime…chez lui, nous ferons notre demeure ». Afin de réaliser le projet de Dieu, Jésus -ressuscité- choisit de se manifester au monde non pas par des signes éclatants, mais par la lumière intérieure des disciples vivant son message d’amour. Cette nouvelle présence -via l’Esprit Saint- lui permet d’être proche de toute personne, et nous rend capable de comprendre aujourd’hui la Parole de Dieu, quelque-soit notre actualité et ce que nous avons à vivre. Au milieu de diverses sollicitations, nous avons donc à discerner la voix de l’Esprit pour nous guider. « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. »

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 14,23-29

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. Or, la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé.
Je vous parle ainsi, tant que je demeure avec vous ; mais le Défenseur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera tout, et il vous fera souvenir de tout ce que je vous ai dit. ».
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé.
Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi.
Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez.

Jardinier de Dieu.

Illustration : AJ.

Voir en ligne : Dimanche dans la ville