L’Evangile du dimanche 26 novembre 2017 Enregistrer au format PDF

Solennité du Christ, Roi de l’Univers
Samedi 25 novembre 2017 — Dernier ajout jeudi 23 novembre 2017

Le Christ, roi de l’univers. Ez 34, 11…17 ; Ps 22 ; Mt 25, 31-46 Ezéchiel nous présente Dieu sous les traits d’un berger qui veille avec tendresse sur chacune de ses brebis. Le psalmiste chante en écho : le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer . Selon les évangiles, Jésus prend à son compte la même image du berger. Il peut le faire puisque le Père lui a tout soumis C’est lui qui apprête pour nous la table de l’Eucharistie. Son Esprit nous guide, nous rappelant ses paroles, nous aidant à les comprendre, nous donnant la force d’affronter et vaincre le mal. Dans la parabole que nous entendons aujourd’hui, Jésus nous dit à quel signe il reconnait notre foi et notre amour pour lui. En effet, Il est parmi les personnes affamées, sans-logis, sans vêtements, sans liberté, indignées ou désespérées… Si Jésus s’identifie à eux, s’il est là, parmi eux, aujourd’hui, alors l’Eglise est donc là aussi puisque l’Eglise dit la présence du Christ, qu’elle en est le sacrement. La parabole ne sépare pourtant pas l’humanité en deux catégories, les bons et les justes d’un côté, les méchants et les pécheurs de l’autre. Chacun de nous a en lui-même sa part de lumière et sa part d’ombre Notre liberté est en jeu. L’humanité, dont nous faisons partie nous est confiée. Puisse la parole de Dieu nous le rappeler sans cesse et nous garder vigilants !

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !” Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?” Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.” Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?” Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Préparons dimanche

Voir en ligne : Dimanche dans la ville