L’Evangile du dimanche 29 avril 2018 Enregistrer au format PDF

Samedi 28 avril 2018 — Dernier ajout lundi 7 mai 2018

5e dimanche de Pâques Act. 9,26-31. / Ps 22(21),26b-27.28-29.31-32. / 1 Jn 3,18-24. / Jn 15,1-8. Jésus nous invite à entrer avec lui dans une alliance avec Dieu. Il nous invite aussi à nous laisser émonder, tailler, purifier par Lui. Le mot demeurer est récurent. Jésus demeure en nous si nous sommes greffés à lui, attaché à son message et à son savoir-être. On ne jette au feu que les sarments secs qui ne laissent plus passer la sève. Dans chacune de nos vies, nous y trouvons des moments, des attitudes, des choix, qui ont été -ou sont- stériles pour notre foi et desséchants pour notre cœur. De temps à autre, il est bon de s’interroger : Qu’est-ce que je fais de la sève du Christ qui est en moi ? « Le père vous a émondés par la parole que je vous ai dite » : tout croyant travaillé par la parole de Jésus, tout disciple fermement ancré dans le commandement de l’amour se rapproche du bon sarment. Quand Dieu est accueilli en soi, quand la charité est vécue, les fruits viennent en abondance. Le secret de notre fécondité est entre nos mains. Laissons-nous soigner et émonder par Lui en toute confiance.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 15,1-8

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ; tout sarment qui porte du fruit, il le purifie en le taillant, pour qu’il en porte davantage. Mais vous, déjà vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite. Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est, comme le sarment, jeté dehors, et il se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voulez, et cela se réalisera pour vous. Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. »

Illustration : Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la ville