L’Évangile du dimanche 31 mai 2020 Enregistrer au format PDF

Pentecôte
Samedi 30 mai 2020 — Dernier ajout mardi 2 juin 2020

Pentecôte - Ac 2,1-11 /Ps 104(103),1ab.24ac.29bc-30.31.34 /1 Co 12,3b-7.12-13 /Jn 20,19-23
A l’époque de Jésus, la Pentecôte existait déjà. C’était l’une des 3 grandes fêtes juives de l’année : la fête du don de la Torah (la Loi), qui réunissait les représentants de toutes les colonies juives dispersées dans le bassin méditerranéen. A la Pentecôte, Jésus rejoint les disciples dans leur peur et leur enfermement. Au-delà d’une salutation, il leur apporte d’abord le don de la paix puis les envoie en mission dans le monde. Il accompagne son envoi du don de l’Esprit, qui s’apparente à une nouvelle création (Cf. Gn 2,7). Remplis de ce souffle, les disciples quittent leur repaire et leurs peurs pour aller à la rencontre du monde entier et évangéliser. Dès lors, il leur suffit d’entendre ce que dit l’Esprit et de suivre ses suggestions. Depuis, l’Esprit agit à travers la vie de milliers de personnes, de communautés et d’associations, qui se sont engagées pour lutter contre toutes les formes de mépris de l’homme, de la Vie et de la Création. La Pentecôte nous montre la force de l’Esprit créateur d’unité dans la diversité des dons. Qui le veut peut voir cette force, de nos jours, qui transforme lentement le monde.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 20,19-23

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

« Tu envoies ton souffle… tu renouvelles la face de la terre » (Ps 103,30)  [1]

Selon le dessein de Dieu, au commencement, l’Esprit de Dieu a rempli l’univers, « déployant sa vigueur d’un bout du monde à l’autre et gouvernant toute chose avec douceur » (Sg 8,1). Mais, en ce qui concerne son œuvre de sanctification, c’est à partir de ce jour de Pentecôte que « l’Esprit du Seigneur a rempli l’univers » (Sg 1,7). Car c’est aujourd’hui que cet Esprit de douceur est envoyé par le Père et le Fils pour sanctifier toute créature selon un plan nouveau, une manière nouvelle, une manifestation nouvelle de sa puissance et de sa force.

Auparavant « l’Esprit n’avait pas été donné, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié » (Jn 7,39)… Aujourd’hui, venant du séjour céleste, l’Esprit est donné aux âmes des mortels avec toute sa richesse, toute sa fécondité. Ainsi cette rosée divine s’étend sur toute la terre, dans la diversité de ses dons spirituels. Et il est juste que la plénitude de ses richesses ait ruisselé pour nous du haut du ciel, puisque peu de jours auparavant, par la générosité de notre terre, le ciel avait reçu un fruit d’une merveilleuse douceur… L’humanité du Christ, c’est toute la grâce de la terre ; l’Esprit du Christ, c’est toute la douceur du ciel. Il s’est donc produit un échange très salutaire : l’humanité du Christ est montée de la terre au ciel ; aujourd’hui, du ciel est descendu vers nous l’Esprit du Christ…

C’est partout que l’Esprit Saint agit ; c’est partout que l’Esprit prend la parole. Sans doute, avant l’Ascension, l’Esprit du Seigneur a été donné aux disciples lorsque le Seigneur leur a dit : « Recevez le Saint Esprit. Tous ceux à qui vous remettrez leurs péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus ». Mais, avant la Pentecôte, on n’a pas entendu la voix de l’Esprit Saint, on n’a pas vu briller sa puissance. Et sa connaissance n’est pas parvenue aux disciples du Christ, qui n’avaient pas été confirmés en courage, puisque la peur les obligeait encore à se cacher dans une salle fermée à clé. Mais à partir de ce jour, « la voix du Seigneur domine les eaux…, elle taille des lames de feu… et tous s’écrient : Gloire ! » (Ps 28,3-9)

Jardinier de Dieu

Voir en ligne : Dimanche dans la Ville