L’Évangile du dimanche 7 avril 2019 Enregistrer au format PDF

Samedi 6 avril 2019 — Dernier ajout lundi 8 avril 2019

« Moi non plus, je ne te condamne pas »

5e dimanche de Carême - Is 43,16-21 / Ps 126(125),1-6 / Ph 3,8-14 / Jn 8,1-11
Dieu dit - via Isaïe - de garder confiance et que l’avenir s’ouvre dans la nouveauté. Dans tous nos exils (des situations jugées bloquées) savons-nous discerner les signes de la nouveauté qui germent déjà ? Paul le dit autrement en nous exhortant à mener une course vers le Royaume. Une course gagnante si nous portons un regard lucide et bienveillant sur les autres, sur nous-mêmes, et que nous acceptons de faire confiance en l’avenir. Regard bienveillant et confiant de Jésus, qui ouvre un espace de réflexion aidant à désamorcer la violence et faisant confiance à la capacité de changement. « Va et ne pêche plus » : il ne condamne pas la personne mais l’acte. La sentence de mort se change en sentence de vie. L’implication de la femme seule nous renvoie à Israël, qui a abandonné son Dieu pour courir après des idoles : le culte de la richesse, du pouvoir, de la sécurité (nos idolâtries). Jésus renvoie chacun à sa propre responsabilité. Qui est assez juste et pur pour juger ? De plus, manquer à la miséricorde de Dieu c’est lui être infidèle et donc commettre un adultère. Avec l’évangile de la femme adultère, nous sommes invités à passer du régime de la loi au régime de l’amour.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 8,1-11

En ce temps-là, Jésus s’en alla au mont des Oliviers.
Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner.
Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère.
Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? »
Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre.
Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. »
Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre.
Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés.
Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu.
Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? »
Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

Jardinier de Dieu

Illustration : A l’écoute des Evangiles

Voir en ligne : Dimanche dans la ville