L’Évangile selon Saint Jean : Le Livre des Signes Enregistrer au format PDF

Mercredi 26 décembre 2018 — Dernier ajout mercredi 5 décembre 2018

L’Évangile selon Saint Jean (Le Livre des Signes (1, 1 – 11, 54 ), composé de 21 chapitres, présente un prologue, le livre des signes, le livre de la Gloire, l’épilogue.

Le Prologue introduit l’histoire de la révélation depuis les origines du Verbe en Dieu, source de vie et de lumière, jusqu’à son avènement en Jésus-Christ, le Fils bien-aimé révélant l’infinie tendresse de Dieu. Sa venue engage une démarche de foi afin de devenir enfant de Dieu. Une introduction (1,19-51) autour du prophète Jean-Baptiste prêchant aux abords du Jourdain. Jésus vient au milieu de la foule et se fait baptiser par lui. Il appelle ses premiers disciples et leur annonce sa mission : « vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre sur le Fils de l’Homme ». Allusion à l’échelle de Jacob (Gn 28, 10- 17). Jésus rétablit la communication avec le ciel.

Le Livre des Signes 2, 1- 11, 54

Les évangiles synoptiques (Marc, Mathieu, Luc) décrivent de nombreux faits, miracles, exhortations … L’auteur de l’Évangile selon Saint-Jean ne sélectionne que sept miracles appelés « Signes » qui, avec d’autres manifestations, rencontres, discours, apportent un enseignement sur la révélation de la personne de Jésus et de son mystère.
L’auteur, dans la conclusion, livre les motivations « Jésus a accompli en présence de ses disciples beaucoup d’autres signes qui ne sont pas écrits dans ce livre ; ceux-là l’ont été afin que vous croyez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom » 20, 30-31. Tout l’évangile suscite une adhésion par la foi en Jésus, le Christ, Fils de Dieu et , par lui, participer à la vie même de Dieu.

Premier Signe : A Cana « l’eau changée en vin » 2, 1-12

Lors d’une noce, « la mère de Jésus était là », elle s’adresse à Jésus « ils n’ont plus de vin » et aux serviteurs « faites tout ce qu’il vous dira ». Jésus change l’eau, destinée aux purifications des juifs , en vin. Les disciples sont témoins et « croient en lui ».
Par ce signe, Jésus inaugure la manifestation de sa gloire et les temps messianiques, symbolisant ainsi la prodigalité des bienfaits et l’abondance de la grâce qui accompagnent sa venue.

Un voyage à Jérusalem lors d’une Pâque juive

Jésus effectue la purification du Temple 2, 14-22. Celui-ci était devenu un lieu de commerce dévié de son objet premier : le culte à Dieu. Il expulse les vendeurs et les changeurs de monnaie. Sa justification aux juifs : « la maison de mon père n’est pas une maison de trafic ». Il affirme ainsi son autorité sur les institutions d’Israël.
Jésus rencontre Nicodème, un notable, ch3 venu de nuit l’interpeller « tu es venu en maître de la part de Dieu ». Jésus lui fait entrevoir les réalités du royaume de Dieu « il faut être engendré d’eau et d’esprit pour y entrer » ( le baptême).
Un discours théologique suit, précisant les fondements de son mystère « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils… non pour juger, mais qu’il soit sauvé par lui… et que tout homme qui croit, ait la vie éternelle.

Sur le chemin du retour en Galilée, il rencontre la Samaritaine, une hérétique ch4

Venant puiser de l’eau au puits de Jacob, elle est sollicitée par Jésus « donne-moi à boire ». Étonnée, elle suscite les paroles de Jésus : « si tu savais le don de Dieu … l’eau que je donnerai deviendra source d’eau jaillissante en vie éternelle ». Elle répond « Seigneur je vois que tu es prophète, serais-tu le Messie qui doit venir ? ». Jésus lui dévoile son identité et sa mission. « Je le suis moi qui te parle » « l’heure vient où l’on adorera Dieu en esprit et vérité ».
Elle part annoncer cette nouvelle à la ville. Les samaritains accueillent Jésus disant « nous savons que celui-ci est le sauveur du monde ».

Deuxième signe. A Cana , Jésus guérit le fils de l’officier royal un païen 4, 46-54

L’officier royal le prie de descendre à sa maison pour guérir son fils malade. Jésus lui dit : « va ton fils vit » . L’homme croit à sa parole ainsi que sa maison tout entière . Ainsi le monde païen accède à la foi.

Troisième signe : A Jérusalem : Guérison du paralytique à la piscine de Bethzata. ch5

Dans la foule des infirmes, Jésus choisit le plus démuni, le plus résigné à son sort. Il dit : « veux-tu guérir ?… prends ton grabat et marche » et il marchait. La guérison déclenche une polémique avec les juifs : c’était le Sabbat. Ils cherchaient à le tuer car il se faisait l’égal de Dieu.
Un discours s’ensuit sur les liens du Père et du Fils « le Père aime le Fils » et lui donne pouvoir sur les œuvres, la vie, le jugement.

En Galilée, Jésus multiplie les pains, marche sur les eaux ch 6 : quatrième et cinquième signes

Jésus s’assoit sur la montagne avec ses disciples. Une foule nombreuse le suivait pour écouter sa parole. Jésus nourrit cette grande foule avec le peu de nourriture : 5 pains et 2 poissons.
Tous furent repus laissant des restes : 12 couffins.
Jésus se retire sur la montagne et ses disciples embarquent sur la mer pour l’autre rive, « ils voient Jésus marchant sur la mer…, les disciples craignent » mais il leur dit : « je suis, ne craignez plus. » Il révèle ainsi sa nature divine, allusion à la grande révélation de Dieu lors de l’Exode, Ex 3, 7. Ainsi il annonce sa présence mystérieuse dans l’eucharistie.
Il s’ensuit le discours eucharistique où il proclame « moi je suis le pain de vie… si quelqu’un mange de ce pain, il vivra pour l’éternité… ce pain est ma chair, la chair du fils de l’homme pour la vie du monde ». Jésus emprunte l’image du fils de l’homme en Dn 7, 13-14 Ce discours se termine sur l’incompréhension de certains auditeurs et sur la profession de foi de Pierre au nom des douze « à qui irions nous Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle »

Sixième signe à Jérusalem : La guérison de l’aveugle né ch 9

Jésus prend l’initiative de la guérison. « il fait de la boue avec sa salive et l’applique sur les yeux de l’aveugle ». Il dit : « va, lave toi à la piscine de Siloë » ; Il est guéri. Jésus effectue un geste créateur à l’image de Dieu qui fait sortir l’homme de la poussière Gn 2. Siloë représente le rite post-pascal du baptême où l’homme se régénère dans la mort et la résurrection du Christ.

Septième signe : La résurrection de Lazare ch 11

A son arrivée à Béthanie, Lazare est mort, il est au tombeau. Marthe court à sa rencontre « si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort ». Un dialogue s’engage qui aboutit à une profession de foi « je crois que tu es le Christ, le fils de Dieu qui vient dans le monde » Au tombeau, Jésus pleure. D’une voix forte il crie « Lazare ! Viens dehors » Il sort encore lié de bandelettes et d’entraves. Jésus leur dit « déliez-le et laissez-le aller » « Beaucoup de juifs présents croient en lui » Mais certains s’en vont vers les pharisiens qui, avec les grands prêtres se liguent, « de ce jour-là, ils sont résolus à le tuer ».

Ainsi prend fin le « Livre des Signes » et s’ouvre le « Livre de la Gloire » qui évoque les derniers jours de Jésus, sa Pâque : mort ,résurrection.