Le Verbe s’est fait… cher !

Mardi 11 décembre 2018

Lundi 10 décembre avant 20h00

Tout ce qui est rare est cher. Le Verbe, Parole de Paix, se faisant rare, est donc cher. Le Président y va parler, comme Rabbi Jacob y va danser ! Quant à nos Évêques …c’est la discrétion ! Mgr Moutel [1] a évoqué la prière des chrétiens en ces temps troublés. A Notre-Dame de Paris, l’archevêque a demandé de prier la Vierge pour protéger la France. Fort bien, mais on est loin de la mobilisation générale

Souvenons-nous :

En 1870, à Pontmain la Vierge, répondant aux prières de tout un village, assura sa protection prouvant l’efficacité de la prière « Priez mes enfants, mon Fils se laisse toucher ». On sait les résultats : l’ennemi de vint point dans l’Ouest, et les soldats de Pontmain revinrent sains et sauf.

En 1917 à Fatima, en apparaissant au Portugal, quel élan de piété et de bouleversements politiques dans ce pays livré aux forces anticléricales et aux sans-Dieu !

En 1947, à l’Ile Bouchard, l’intervention de Marie n’arrêta-t-elle pas que des grévistes politisés ne prennent les armes.

Dans la neuvaine 2018, pour l’Immaculée Conception, le pape François a recommandé le chapelet comme arme pour implorer la Paix.

Comme quoi le chapelet est plus efficace que les grenades lacrymogènes et les beaux blindés bleus …

Ce soir c’est l’Avent, le Verbe présidentiel va se faire chair, non seulement esprit, mais chair humaine, va-t-il frapper au cœur et redonner espoir ?

Lundi 10 décembre 2018 après 20h12

Respectant habituellement le temps imparti à ceux qui communiquent la Parole, c’est en moins de 15 minutes que le Président a réglé le problème.
En bon pasteur du troupeau, il a entendu les moutons qui bêlaient dans la vallée ; la montagne était trop dure à escalader. Sous prétexte que les alpages sont meilleurs, ils devaient s’épuiser à le suivre là-haut, affamés, assoiffés n’ayant plus la force de bêler harmonieusement.
Il a entendu les gémissements, les plaintes, et s’est arrêté un temps pour leur parler.

Il s’est excusé de la marche forcée vers le haut, leur a présenté des excuses et a proposé une autre voie d’accès vers un meilleur endroit. Pour ce faire, rien ne vaut que quelques bottes de foin pour les calmer dans l’immédiat.

Au malaise social, vont s’attaquer, en urgence sociale, des mesures pour vivre dignement. Le ton est donné, le gouvernement précisera les solutions plus concrètes. Puisque peuple il y a … il sera représenté plus efficacement, en un véritable débat, au plus près des Territoires.

La période des vœux est donc lancée.

Et on n’attendra pas les calendes grecques, c’est tout de suite le changement.

Chiche !