« Maman ? » Enregistrer au format PDF

Lundi 4 mai 2020

Les mères de famille, elles-mêmes bien occupées, appréhendent d’entendre une fois de plus un appel pressant en deux syllabes, avec insistance et prolongation sur la deuxième « Maman ! ».

En ce début de fin de période de confinement, l’impatience des enfants de retrouver leur rythme habituel de vie est plus grande qu’à l’accoutumée. Les mères de famille, elles-mêmes bien occupées, appréhendent d’entendre une fois de plus un appel pressant en deux syllabes, avec insistance et prolongation sur la deuxième « Maman ! ».

Intérieurement ou à voix haute, elles répondent « oui » mais traduisible en « quoi encore ? ». Quand l’enfant a faim, qu’il s’ennuie, qu’il a du chagrin, qu’il a mal, qu’il a peur, c’est vers sa mère qu’il se tourne instinctivement et en pleine confiance, assuré qu’une maman ne ferme pas son cœur à l’appel de ses enfants.

N’est-ce pas la même confiance qui nous fait nous tourner vers la Vierge Marie quand nous avons du chagrin , que nous avons mal ou peur. Même si le mois de Mai lui est davantage consacré, cette attitude de confiance nous la vivons tout au long de l’année depuis que Jésus sur la croix nous l’a donnée comme mère, comme « maman » à travers cette simple petite phrase adressée à nous à travers St Jean : « Fils voici ta mère » (Jean 19).

Marie aux mille visages. Sous combien de vocables est-elle invoquée à travers le monde ?
Sûrement des centaines. L’important n’est pas d’en faire une liste exhaustive mais sous ces innombrables vocables, de reconnaître qu’on peut tout lui confier, qu’elle est attentive à toutes les causes.
Notre Dame du Bon Voyage, Notre Dame de Délivrance, Notre Dame de Toute Aide, Notre Dame de Bon Secours, Notre Dame d’Espérance, Notre Dame de la Cour, Notre Dame de Pitié, Notre Dame de Bonne Nouvelle, Notre Dame de Grande Puissance, Kermaria an Iskuit …
Elle est aussi sur le fronton de plusieurs de nos écoles Marie aux mille visages ouvre son cœur à tous et à chacun. Elle peut tout entendre, tout accueillir.

N’est-ce pas dans cet esprit que notre Évêque Mgr Denis Moutel nous a invité du 15 au 23 Mars, à prier une neuvaine auprès de Notre Dame de Toute Aide (quel beau vocable !) pour lui confier la détresse d’un monde fragilisé par la pandémie du Covid 19. Chaque dizaine de chapelet, surtout dans la méditation des mystères douloureux, portait sous son regard un peuple, un corps de métier, des familles, des personnes atteintes dans leur cœur et dans leur corps par ce mal sournois inconnu jusqu’alors sous cette forme particulièrement virulente …

Au-delà de cette neuvaine, le chapelet reste pour beaucoup d’entre nous la prière privilégiée à la Vierge Marie, vécue de manière individuelle ou en groupe (Prière des mères, Chapelet de la Miséricorde, … ) .

Marie disponible à Dieu : « Je suis la servante du Seigneur », (Luc 1)
Marie attentive à la vie des hommes : « ils n’ont plus de vin …. faites tout ce qu’il vous dira » (Jean2)
Marie éprouvée dans sa vie de mère au pied de la croix, recevant de Jésus une filiation inattendue : « Mère, voici ton fils » (Jean 19)
Marie présente à la naissance de l’Eglise au Cénacle avec les apôtres au jour de la Pentecôte. (Ac 1-2)
La Pentecôte justement clôturera cette année à la fois le mois de Mai et le mois de Marie, les deux ensemble.

Il est fréquent de dire que la Pentecôte marque la naissance de l’Eglise. Si ce jour-là le récit de la 1re lecture au chapitre 2 des Actes des Apôtres se contente de raconter l’événement « Pentecôte », ayons la curiosité d’en prolonger la lecture par le grand discours de Pierre qui proclame sans crainte « Ce Jésus que vous avez supprimé en le faisant crucifier, Dieu l’a ressuscité ». (Ac 2) Dans les Évangiles, il n’y a pas de discours des apôtres, c’est Jésus qui parle aux foules. A partir de la Pentecôte, ce sont les apôtres, Pierre en premier, qui parlent, qui enseignent, qui témoignent, qui guérissent et relèvent, mais toujours « au nom de Jésus » (Ac 4).
Les apôtres sont morts, d’autres ont pris la relève. Aujourd’hui, c’est nous qui sommes les dépositaires de la Bonne Nouvelle à transmettre au monde.
Un milliard de chrétiens dans le monde, un milliard de baptisés à connaitre ces phrases de Jésus :
« Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde » (Mt 5 13-16)
« C’est moi qui vous ais choisis pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure » (Jn 15,16)
En ce temps où notre monde est en recherche d’un nouvel équilibre, de nouveaux modes de vie, que l’Esprit de Pentecôte et la Vierge Marie fassent de nous des témoins audacieux et contagieux.