Obsèques de M. Edgard Tupët-Thomé - Compagnon de la Libération - Enregistrer au format PDF

Mercredi 23 septembre 2020 — Dernier ajout jeudi 24 septembre 2020
https://www.flickr.com/photos/97448015@N05/albums/72157716058429583

Cliquer sur la photo pour voir le diaporama

Ce samedi 19 septembre ont eu lieu les obsèques religieuses de M. Edgard Tupët-Thomé - Compagnon de la Libération - décédé le 9 septembre 2020 à Paris.
Après les honneurs militaires rendus dans la cour des Invalides à Paris le 17 septembre, la célébration religieuse a réuni sa famille et sa famille militaire. Les drapeaux de la Légion d’Honneur, de l’Union Nationale des Parachutistes et des Anciens Combattants entouraient la dépouille.
De nombreuses personnalités étaient présentes dans l’assemblée. L’abbé Roland Le Gal, curé de la paroisse, accompagné du diacre Serge Kerrien a célébré l’A-Dieu à Edgar, de son nom de baptême.
Après le discours d’accueil du Général François Budet et du Commandant Bernard Le Néel (voir le discours en pièce jointe).
Après la lecture de l’Évangile par le diacre Serge Kerrien (voir ci-dessous), l’abbé Roland Le Gal dans son homélie a fait une relation entre cet Évangile et la vie de M. Edgard Tupët-Thomé :
Par son engagement au service de la libération de notre pays et de l’Europe pour repousser et anéantir la barbarie nazie, Edgar a vécu dans sa chair une véritable libération : faire passer les peuples du joug de l’oppression, de la peur et de l’extermination, à celui de la démocratie, du droit et notamment des droits et des devoirs de chaque être humain vivant sur la planète Terre.
… Ainsi, de par sa foi profonde, une foi puisée dans la force de la Parole de Dieu et le sacrement de l’Eucharistie, Edgar a pu mesurer que son engagement était aussi fruit d’une liberté intérieure. C’est ce même mouvement de liberté intérieure qui a continué de guider sa vie : vie conjugale, vie familiale, vie professionnelle, vie de témoignages. Ainsi, à l’annonce de son décès, le Président de la République pouvait notamment déclarer : « Je salue ce résistant de la première heure, qui fut jusqu’à son dernier souffle un homme engagé, prêt à opposer aux mauvais vents de l’Histoire, le souffle de l’idéal ».
Frères et sœurs,
Au moment de rendre grâce à Dieu dans la prière de l’Eucharistie pour ce qu’a été la vie d’Edgar Tupët-Thomé durant ce siècle, nous prions le Seigneur de nous animer de son Esprit pour que l’entente, le dialogue, la concorde, la raison l’emportent toujours.
Nous prions pour la paix des cœurs et pour les militaires engagés aujourd’hui dans différents coins du monde au service de la paix, des plus fragiles et de la sécurité des populations civiles.

Evangile de Jésus-Christ selon Saint Luc 7,1-11
Jésus entra dans Capharnaüm.
Un centurion de l’armée romaine avait un esclave auquel il tenait beaucoup ; celui-ci était malade, sur le point de mourir.
Le centurion avait entendu parler de Jésus ; alors il lui envoya quelques notables juifs pour le prier de venir sauver son esclave.
Arrivés près de Jésus, ceux-ci le suppliaient :
« Il mérite que tu lui accordes cette guérison.
Il aime notre nation : c’est lui qui nous a construit la synagogue. »
Jésus était en route avec eux, et déjà il n’était plus loin de la maison, quand le centurion lui fit dire par des amis :
« Seigneur, ne prends pas cette peine, car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit.
Moi-même, je ne me suis pas senti le droit de venir te trouver.
Mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri.
Moi qui suis un subalterne, j’ai des soldats sous mes ordres ;
  • à l’un, je dis : ’Va’, et il va ;
  • à l’autre : ’Viens’, et il vient ;
  • et à mon esclave : ’Fais ceci’, et il le fait. »

Entendant cela, Jésus fut dans l’admiration. Il se tourna vers la foule qui le suivait : « Je vous le dis, même en Israël, je n’ai pas trouvé une telle foi ! » De retour à la maison, les envoyés trouvèrent l’esclave en bonne santé.

Voir en ligne : Ouest-France : Binic. Dernier adieu à Edgar Tupët-Thomé, Compagnon de la Libération

Documents à télécharger