Une équipe de KT à l’Ephad de Plérin Enregistrer au format PDF

le 20 mars 2019 - Equipe de KT de Marie Christine Lemoine
Mercredi 3 avril 2019 — Dernier ajout lundi 1er avril 2019

Les équipes de catéchèse (CM2) de Marie Christine Lemoine et Armande Paul ont rencontré le 20 mars dernier les résidents de l’Ehpad des « Ajoncs d’Or » à Plérin et ont animé l’après-midi de nos anciens.

« Éloïse a joué de la flûte traversière, Ambre a fait du roller et du Hip-Hop, Martin a fait de la danse classique et Léa a joué une saynète sur le poème de Jean de la Fontaine " la laitière et le pot au lait ".

Puis tous ensemble nous avons joué la légende de Saint Marcel, une tradition provençale qui a lieu tous les ans à Barjols aux alentours du 17 janvier.

Nous avons terminé cette rencontre avec les personnes de l’Ehpad par un goûter bien mérité. »

La légende de Saint Marcel
(Texte lu par Marie Christine, les enfants se contentent de mimer la scène).

Voici l’histoire de Saint Marcel telle qu’on la raconte en Provence depuis des centaines d’années.

Nous sommes en l’an 463 (un enfant plante la pancarte « an 463 » dans un pot en terre). Le père de Clovis est roi des Francs. Marcel naît en Avignon. (un enfant plante la ville « Avignon » dans un autre pot de terre et dépose un poupon à côté). En grandissant, il est très gentil avec tous ceux qui ont besoin d’aide, les petits enfants, les personnes âgées, les malades, les pauvres (un enfant qui joue le rôle de St Marcel s’approche des personnes âgées et serre leurs vieilles mains dans sa jeune main). Il fait beaucoup de bien autour de lui. Tout le monde l’aime beaucoup. Il console ceux qui sont tristes. Il rend visite à ceux qui sont seuls. Il donne à manger à ceux qui ont faim. (un enfant s’avance avec un tee-shirt troué, il lui donne un pain). Il aide ceux qui ont du mal à marcher. Il a toujours le sourire.

Les années passent, et Marcel vieillit doucement. Il a maintenant besoin d’une canne.

(l’enfant qui joue St Marcel se courbe de plus en plus et prend un bâton pour continuer à marcher). Un jour, il est tellement fatigué, qu’il s’arrête au monastère de Montmeyan en Provence. (il se place devant le panneau représentant le monastère de Montmeyan). C’est dans ce monastère que Marcel meurt. Tous les villageois des alentours viennent lui rendre un dernier hommage, car il avait été très bon pendant toute sa vie. C’était un saint. Les villageois le déposent dans un tombeau dans le monastère. (2 enfants le portent derrière le panneau représentant le monastère). Seul reste un gardien, devant la porte du monastère. (1 enfant reste donc avec une clé, la clé du monastère. Les autres vont se mettre, soit vers le village de Barjols, soit vers le village d’Aups).

20 secondes d’une petite musique douce de fond. Pendant ce temps, Marcel se remet discrètement debout, enfile une aube blanche derrière le panneau et dépose un gros os sur un coussin rouge, toujours derrière le panneau.

Les années passent. Nous sommes en 1349. (un enfant plante la pancarte « an 1349 »). C’est le moyen âge. Nous sommes au début de la guerre de 100 ans. Le monastère de Montmeyan tombe en ruine. (le gardien retire quelques pans de murs du monastère). Seul reste le gardien et le tombeau de Saint Marcel. C’est la nuit, le gardien s’est endormi. Saint Marcel lui apparaît en songe et lui dit : « Le monastère tombe en ruine. Fais transporter mon corps dans un plus bel endroit ». (St Marcel s’en va). Le gardien explique tout cela aux villageois. Le corps de St Marcel ira dans le village le plus proche du monastère. Mais le villageois ne sont pas d’accord. Ils veulent tous avoir les reliques de St Marcel et se battent. (4 enfants se battent avec les épées en carton.) Mais personne ne gagne.

Une nuit, c’était le 17 janvier 1350, les villageois de Barjols vont au monastère de Montmeyan. Ils s’emparent des reliques de St Marcel. Tout heureux, ils reprennent le chemin de leur village. En chemin, ils rencontrent des femmes occupées à laver les tripes d’un bœuf dans la rivière. Ils leur disent : « On a les reliques de St Marcel ! » Et tout le monde s’en va vers le village de Barjols en chantant le refrain : Saint Marcel, saint Marcel et en dansant les tripettes (qui consiste à sauter sur place en riant).

Tous les enfants chantent et dansent. Depuis ce temps là, chaque année, en Provence, aux alentours du 17 janvier, le village de Barjols est en fête. On bénit un bœuf, on le promène dans tout le village. On promène aussi les reliques de St Marcel et on chante le fameux refrain de la danse des tripettes. (Les enfants prennent le bœuf, les reliques, et déambulent dans la pièce en chantant et dansant les tripettes).

Voir en ligne : Tradition : La Saint Marcel