Vous avez dit « gilet jaune » ?

Mercredi 26 décembre 2018

Comme vous tous, j’entends dans les médias parler de contestation, de revendications, de révolution, voire d’insurrection, de la part « des humbles du pays » pour reprendre l’expression du prophète Isaïe (11, 4). Alors que nous célébrons la naissance parmi les hommes du Fils de Dieu, je vois aussi en Lui la source d’une contestation radicale. « Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles » prophétise Marie sa mère, « Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides ». S’ils avaient existé à l’époque, je crois que l’enfant Jésus, emmailloté, aurait largement mérité un de ces gilets jaunes. De fait, durant sa vie terrestre, le Christ incarnera la contestation - l’occupant romain ne s’y trompera pas - envers les pouvoirs, y compris religieux. Sa mort et sa résurrection ouvriront, pour toute l’humanité, un espace de libération qu’il nous faut sans cesse investir, au prix d’un amour qui va jusqu’à donner sa vie pour ceux qu’on aime.

C’est là le moyen que prendra le Christ. Je sais bien qu’il renversera les tables des changeurs à l’entrée du Temple, mais il ne blessera personne. Au contraire il guérira, il relèvera, il pardonnera, il ressuscitera son ami Lazare. Il finira par y laisser sa vie mais, au matin du troisième jour, il sortira vivant du tombeau.

Alors, Jésus, un « gilet jaune » ?

Je laisse à chacun le soin de répondre à la question, en méditant sur le fait que, contrairement à ce qu’affirme la clameur publique, la fin ne justifie pas les moyens (les militants de l’ACAT le savent bien), car les moyens ont de l’influence sur la fin.

La Nativité dresse aussi pour nous le programme d’une libération de toute oppression humaine et de la pauvreté. Quel habit endosserons-nous pour l’appliquer ?

Joyeux Noël à tous !

P. Didier Duverne
Curé de la paroisse Saint François de Molitor (75016)

Voir en ligne : Paroisse Saint François de Molitor (16e)