Édito de l’abbé Damien Ayola – La Voix dans le désert –

Nous connaissons bien la légende de l’âne de Buridan qui, amené à choisir entre l’eau et le foin finit par mourir de faim et de soif, faute de pouvoir choisir.

Notre vie contemporaine est parfois comparable à la situation de cet âne dans le mal de choisir. De plus en plus, nous avons tellement de sollicitations, tellement de voix qui ton

nent dans nos oreilles que nous pouvons avoir du mal à entendre, à choisir et surtout à bien choisir.

En cette fin d’année, au milieu de mille, s’il y a une voix à écouter et à entendre, c’est certainement celle de Jean, le fils de Zacharie. Hier, il prêchait dans le désert de Judée non loin du Jourdain où il baptisait. Aujourd’hui, il prêche dans les déserts de nos villes et campagnes, au bord de l’eau, sur nos plages bretonnes ou en pleine terre. Il prêche surtout dans nos cœurs. Et son message demeure toujours le même :

« Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route.
Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les routes déformées seront aplanies ; et tout homme verra le salut de Dieu
. »[i]

Nous sommes peut-être très habitués à célébrer la fête de Noël avec des rituels liturgiques, familiaux et gastronomiques très précis et transmis de génération en génération. Mais si nous voulons que la venue du Messie au milieu de nous ne soit pas une fête en plus, nous avons certainement à réentendre cette voix du prophète nous appeler à préparer les voies du Seigneur.

Les enfants ont cette belle habitude du calendrier de l’Avent où ils découvrent jour après jour quel effort faire, quelle voie du Seigneur faut-il préparer hic et nunc po

ur accueillir au-delà des cadeaux de papa Noël, la grande joie du Nouveau-Né.

Et nous, adultes, quels engagements prenons-nous pour bien vivre ce « petit Carême » dans une attente active du Sauveur ?

A l’image de la nouveauté qu’apporte chaque cadeau de Noël, l’écoute attentive de la Voix dans le désert est un appel toujours renouvelé à accueillir Dieu qui a pris chair dans notre chair pour nous ouvrir à la vie divine.

Que Dieu lui-même raffermisse nos pas à la rencontre de Celui qui vient !

 

[i] Cf. Evangile du 2e dimanche de l’Avent C (Lc 3, 1-6).

Défilement vers le haut